José Manuel Barroso insinue que les Suisses pourraient ne plus pouvoir travailler dans l'UE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
José Manuel Barroso insinue que les Suisses pourraient ne plus pouvoir travailler dans l'UE
©

Pas content

José Manuel Barroso insinue que les Suisses pourraient ne plus pouvoir travailler dans l'UE

Le président de la Commission européenne durcit le ton envers la Suisse après le résultat de la votation de dimanche, où les Helvètes se sont exprimés en faveur d’une limitation de l'immigration.

Le résultat de la votation en Suisse de dimanche dernier continue de faire des remous. En premier lieu au cœur de la capitale européenne, Bruxelles...

José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a mis la pression sur Berne, après que les Suisses ont voté en faveur d’une limitation de l'immigration en réintroduisant des quotas qui toucheraient les actifs de l’Union européenne - au détriment de l'accord de libre-circulation. Dans un entretien à Reuters, il a insinué que les Suisses pourraient perdre la possibilité de travailler et s'établir au sein de l'UE, rapporte le site de la RTS, la radio télévision suisse, dans un article mis en ligne ce mercredi. Diplomatie oblige, José Manuel Barroso s'est toutefois gardé d'une attaque trop frontale.

Peu après le résultat de la votation, Bruxelles avait déjà prévenu la Suisse que si celle-ci mettait fin à l'accord de libre-circulation, tous les autres accords liant Berne à l'UE seraient de fait dénoncés.

Le bras de fer entre Berne et les 28 pays de l’Union s’engage donc doucement autour de l’accord de libre-circulation : un accord âprement négocié avec d’autres, pendant cinq ans, entre la Suisse (qui n’est pas dans l’Union Européenne) et l’UE. A l’issue de cette bataille, Berne avait accepté d’ouvrir progressivement son marché du travail aux 500 millions d’actifs de l’UE dès 2002 en supprimant ses quotas… qui pourraient faire leur retour.

Comme l’explique Lemonde.fr, Berne a trois ans pour réformer la Constitution et permettre à la Suisse de maîtriser son immigration en créant lesdits quotas. De la mise en oeuvre de cette mesure dépendra les futures relations entre l’Union européenne et la Suisse.

Lu sur RTS.ch

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !