Jordanie : quand des réfugiés syriens envahissent les piscines pour apprendre à nager avant de traverser la Méditerranée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En 2015, plus d’un million de réfugiés sont arrivés en Grèce ou en Italie pour fuir les persécutions.
En 2015, plus d’un million de réfugiés sont arrivés en Grèce ou en Italie pour fuir les persécutions.
©Reuters

Phénomène

Jordanie : quand des réfugiés syriens envahissent les piscines pour apprendre à nager avant de traverser la Méditerranée

Selon les chiffres publiés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, plus de 130 000 migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée en 2016.

Dans un article publié mercredi 9 mars, le site "The Syrian Observer" rapporte une augmentation considérable des inscriptions de réfugiés syriens vivant en Jordanie dans des clubs de sport et des piscines, afin d'apprendre à nager pour se préparer au mieux à traverser la Méditerranée jusqu'aux côtes européennes. 

Un Jordanien nommé Sharif, propriétaire d'une salle de sport, raconte avoir constaté une hausse importante des inscriptions de réfugiés syriens ces derniers mois, et tout particulièrement pour des cours de natation. Après avoir discuté avec plusieurs réfugiés, Sharif a rapidement compris que leur engouement pour les cours de natation s'expliquait uniquement par leur projet de traverser la Méditerranée dans les meilleures conditions. 

"Habituellement, nous fermons la piscine pour l'hiver, mais en raison du nombre très élevé de demandes pour des cours de natation, venant en majorité de réfugiés syriens, nous avons maintenu la piscine ouverte", explique-t-il. 

>>>> À lire aussi : Crise des migrants : ces millions de réfugiés syriens répartis à travers le Moyen-Orient que l’Europe peine à distinguer derrière l’image de ceux qui traversent la Méditerranée

Lu sur Syrianobserver

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !