Joachim Son-Forget démissionne de LREM | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Joachim Son-Forget démissionne de LREM
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Out

Joachim Son-Forget démissionne de LREM

Le député LREM des Français de l'Etranger qui s'était fait remarqué par une série très inattendues de tweets ces dernières semaines a décidé de quitter le parti majoritaire.

Son-Forget n'est plus en marche. C'était prévisible, tant l'homme semblait depuis quelques jours totalement hors de tout contrôle. Il y a deux jours, il avait d'ors et déjà reçu une lettre de suspension du groupe LREM auquel il appartenait pour une série de tweets souvent incompréhensibles et parfois véhéments - voire injurieux. Par exemple quand il avait évoqué le "pot de maquillage" qu'utiliserait la sénatrice Esther Benbassa, suscitant l'ire de ses camarades. Très sûr de ses positions, le député avait assumé tous ses tweets, et avait même contre-attaqué en interpellant directement le président de la République par SMS, dénonçant l'esprit d'entre-soi et de "copinage" qui régnait au sein de la majorité. Il s'en prenait aussi à son collègue Stanislas Guérini qu'il accuse de l'avoir utilisé comme "alibi d'adversaire". Et Joachim Son-Forget relayait toutes ces péripéties sur Twitter, devenant un des sujets les plus chauds du réseau social ces dernières heures. Ses critiques étaient accompagné de toutes sorites de tweets dont on ne saurait dire s'ils étaient au second, troisième ou cinquantième degré, tel celui-ci. 

Emmanuel Macron n'ayant pas répondu à son message, le député a ce matin décidé de quitter LREM, se signalant là encore par une certaine excentricité en citant successivement un chanson de Boris Vian et une "punchline" de Booba ("J'ai fait la guerre pour habiter rue de la paix"). Mais l'homme reste en poste et continuera de sévir à l'Assemblée nationale. Ses soutiens, qui se sont manifestés depuis quelques jours, en seront ravis.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !