Jet d’œuf sur Emmanuel Macron : l’auteur présumé des faits a été hospitalisé en établissement psychiatrique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Emmanuel Macron lors de sa visite au Salon international de la restauration à Lyon le 27 septembre.
Emmanuel Macron lors de sa visite au Salon international de la restauration à Lyon le 27 septembre.
©Ludovic MARIN / AFP / POOL

Salon international de la restauration

Jet d’œuf sur Emmanuel Macron : l’auteur présumé des faits a été hospitalisé en établissement psychiatrique

Placé en garde à vue immédiatement après les faits, le jeune homme ayant visé Emmanuel Macron par un jet d'oeuf lors de son déplacement à Lyon « a fait l’objet lundi, à la demande du parquet de Lyon, d’un examen psychiatrique qui a conclu à l’abolition de son discernement ». 

L’étudiant de 19 ans soupçonné d’avoir lancé lundi un œuf sur le président Emmanuel Macron dans les allées du Salon international de la restauration a été hospitalisé sous contrainte dans un établissement psychiatrique, selon les précisions ce mardi du parquet de Lyon.
Placé en garde à vue immédiatement après les faits, le jeune homme « a fait l’objet lundi, à la demande du parquet de Lyon, d’un examen psychiatrique qui a conclu à l’abolition de son discernement », selon les précisions du parquet dans un communiqué. Le jeune homme a été admis au centre hospitalier du Vinatier, un établissement psychiatrique situé à Lyon.
Lundi, alors qu’Emmanuel Macron arpentait les allées du Sirha, un œuf avait rebondi sur son épaule sans se casser. L’auteur du jet, qui se trouvait à faible distance, avait été rapidement interpellé et menotté.
Le 8 juin, Emmanuel Macron avait été frappé au visage par un homme en marge d’un déplacement à Tain-L’Hermitage.

À Lire Aussi

Emmanuel Macron a été visé par un jet d’œuf lors de sa visite au Salon international de la restauration à Lyon
Sud Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !