Jérôme Guedj : destinataire d’une lettre antisémite, il la diffuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Voici la lettre publiée sur le compte Twitter de Jérôme Guedj
Voici la lettre publiée sur le compte Twitter de Jérôme Guedj
©Capture Twitter

Racisme

Jérôme Guedj : destinataire d’une lettre antisémite, il la diffuse

Le député socialiste, par ailleurs président du Conseil général de l'Essonne, a diffusé jeudi sur les réseaux sociaux la lettre à caractère antisémite qui lui a été adressée.

"Passer au bureau, ouvrir son courrier, tomber sur ça... #PasCoolLaRentrée". Voilà le message que Jérôme Guedj a posté tout d’abord sur le réseau social Twitter, avant d’y joindre la photo de ladite lettre. Voici son contenu : "dis donc Guedj, on recrute des députés à la Knesseth. Tu ne crois pas que ça serait ta place? Un Paris-Tel Aviv sans retour !".

Le député socialiste a créé cette année le "Prix Ilan Halimi contre l'antisémitisme" qui vise à récompenser toute initiative visant "à déconstruire les stéréotypes antisémites". Ilan Halimi, jeune homme de confession juive, tout comme le député PS, avait été séquestré puis torturé à mort par le gang des barbares, en raison de son appartenance religieuse. Ses bourreaux, parce qu’il était juif, pensaient qu’il avait de l’argent…

De son côté, Francis Chouat, le maire PS d'Evry et président de la Communauté d'Agglomération Evry Centre Essonne a exprimé dans un communiqué "son effroi à la suite des menaces racistes et antisémites", dont Jérôme Guedj est l'objet, associant dans son indignation, le député de Seine-et-Marne et porte-parole du Parti socialiste, Eduardo Rihan-Cypel né au Brésil, qui a récemment indiqué dans la presse, avoir reçu plusieurs lettres avec des dessins de croix gammées.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !