Jérôme Cahuzac explique avoir utilisé les comptes de sa mère par "facilité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jérôme Cahuzac explique avoir utilisé les comptes de sa mère par "facilité"
©Reuters

Scandale

Jérôme Cahuzac explique avoir utilisé les comptes de sa mère par "facilité"

Jugé avec son ex-épouse Patricia Cahuzac pour avoir dissimulé au fisc français des comptes en Suisse, à Singapour et à l'île de Man, Jérôme Cahuzac doit justifier l'utilisation des comptes de sa mère, sur lesquels ont été déposés 240 000 euros de chèques entre 2003 et 2010.

Une semaine après le début de son procès pour fraude et blanchiment, l'ancien ministre du Budget a expliqué ce mardi au tribunal correctionnel de Paris qu'il avait déposé des chèques sur le compte de sa mère par "facilité", évoquant une "habitude" et un "échec" personnel. 

Jugé avec son ex-épouse Patricia Cahuzac pour avoir dissimulé au fisc français des comptes en Suisse, à Singapour et à l'île de Man, Jérôme Cahuzac doit justifier l'utilisation des comptes de sa mère, sur lesquels ont été déposés 240 000 euros de chèques entre 2003 et 2010. Ces sommes provenaient des patients de la clinique d'implants capillaires que tenait alors le couple. Selon eux, ces sommes étaient utilisées pour des "dépenses familiales". 

Jérôme Cahuzac a également évoqué l'année 2002, lors de laquelle il a perdu son siège de député : "Mes revenus s'en ressentent très fortement. Je suis déjà très souvent absent physiquement, absent psychologiquement. En 2003, je ne peux pas financer les vacances (…) Je n'ai pas su concilier les deux impératifs (vie professionnelle et familiale) ou en sacrifier un. Utiliser les comptes de ma mère, c'est le signe de cet échec", a-t-il déclaré. 

>>>> À lire aussi : De Bygmalion à Cahuzac : mais pourquoi la France n'a-t-elle pas été capable de se doter d'un système de financement de la vie politique réaliste ?

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !