Jérôme Cahuzac : ses avocats négocient avec UBS pour fournir des preuves | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jérôme Cahuzac toujours dans la tourmente
Jérôme Cahuzac toujours dans la tourmente
©Reuters

Polémique en cours

Jérôme Cahuzac : ses avocats négocient avec UBS pour fournir des preuves

Le ministre du budget "a mandaté un avocat suisse qui actuellement discute avec UBS. Nous n'avons pas de réponse pour l'instant", a déclaré son avocat.

Comment Jérôme Cahuzac, accusé par Mediapart d'avoir détenu un compte secret en Suisse peut-il se sortir de cette affaire ? Démissionner ? "Il n'y pense même pas" explique ses proches. Dans la classe politique, on ne lui demande même pas. Alors, le ministre du Budget a décidé de passer à la contre-offensive en négociant avec la banque UBS, via son avocat suisse, pour qu'elle produise la preuve qu'il n'a pas eu de compte. Son avocat français, Gilles August l'a confirmé ce jeudi matin à Europe 1, disant "nous sommes en négociation avec eux et nous demandons du temps".

Interrogé sur la raison pour laquelle Jérôme Cahuzac ne formule pas sa demande en affirmant qu'il possède un compte en vue de se voir répondre par la banque qu'il n'est pas client chez eux, Gilles August a répondu qu'il ne voyait "pas pourquoi M. Cahuzac serait obligé d'affirmer un mensonge par écrit pour obtenir la preuve de son innocence. Le système marche sur la tête".

Interrogé sur l'ouverture mardi d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris pour blanchiment de fraude fiscale, Me August a assuré que son client était "satisfait parce que dans cette affaire (il avait) certainement besoin de l'aide et de l'assistance de la justice, car quand on doit démontrer son innocence, c'est le début de la tyrannie". L'avocat a dénoncé la "campagne" dont le ministre fait l'objet, selon lui.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !