Jean-Vincent Placé prône une alliance des Verts avec le PS en vue des élections de 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Vincent Placé, sénateur EELV de l'Essone veut un accord avec le PS en vue des élections de 2015
Jean-Vincent Placé, sénateur EELV de l'Essone veut un accord avec le PS en vue des élections de 2015
©Reuters

On en voit de toutes les couleurs

Jean-Vincent Placé prône une alliance des Verts avec le PS en vue des élections de 2015

Le sénateur a évoqué une scission possible entre les Verts et Europe Ecologie.

La bataille entre Jean-Vincent Placé et Cécile Duflot ne fait que commencer. Depuis quelques mois, la rivalité entre les deux têtes d'affiche du parti écolo monte en puissance. L'ex-ministre du Logement a fait entendre sa voix à plusieurs reprises contre François Hollande et le gouvernement alors que le président du groupe des Verts au Sénat défend tant qu'il le peut la politique menée par le chef de l'Etat.

Mercredi, nouveau grand écart puisque Jean-Vincent Placé s'est dit favorable à une union avec le PS pour préparer les élections de 2015, les départementales. Pour lui, il est nécessaire qu'il y ait une union des forces de gauche. Invité de l'Association des journalistes parlementaires, il a expliqué vouloir des accords dans une trentaine de départements. Une position argumentée par le fait qu'un candidat doit désormais atteindre le seuil de 12,5% des inscrits pour accéder au second tour.

Pour le patron des Verts au Sénat, les départements peuvent se découper en trois : "un tiers d'autonomie" où la gauche n'a aucune chance de succès, un tiers "avec effectivement la gauche de la gauche", et un tiers avec des accords PS-EELV. Selon lui, si Cécile Duflot entraînait plutôt le parti vers le Front de gauche, il y aurait alors une "scission". "Si la majorité de mes amis, et Cécile Duflot, penchent pour l'opposition au président de la République et un accord avec le Parti de gauche, il y aura deux écologies, l'une radicale, avec Cécile Duflot, José Bové et Jean-Luc Mélenchon, l'autre raisonnable avec Nicolas Hulot, Dany Cohn-Bendit et moi" a dit Placé qui a appelé à mettre fin au "Hollande bashing". Le sénateur a même ajouté qu'une candidature écolo en 2017 ne servirait à rien. Pas sûr que Cécile Duflot soit de son avis.

 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !