Jean-Marie Le Pen : "pour l'instant, je ne souhaite pas la victoire de Marine Le Pen en 2017" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Marie Le Pen : "pour l'instant, je ne souhaite pas la victoire de Marine Le Pen en 2017"
©Reuters

Festen

Jean-Marie Le Pen : "pour l'instant, je ne souhaite pas la victoire de Marine Le Pen en 2017"

"Si de tels principes moraux devaient présider à l'Etat français, ça serait scandaleux" a-t-il lâché sur Europe 1, après sa suspension du FN.

La tension familiale a viré au règlement compte. Interrogé par Europe 1 ce mardi matin, Jean-Marie Le Pen n'a pas de mots assez forts pour dire tout le mal qu'il pense de sa fille, qu'il "répudie" et dont il souhaite qu'elle change de nom. "J'ai honte que la présidente du Front national porte mon nom et je souhaiterais d'ailleurs qu'elle le perde le plus rapidement possible" a-t-il martelé. "Elle peut le faire soit en se mariant avec son concubin, soit peut-être avec M. Philippot ou avec quelqu'un d'autre" a-t-il ironisé.

"Trahi", il ne souhaite même plus la victoire de son parti à la présidentielle de 2017. "Elle traite son père et le président fondateur du Front national d'une façon absolument scandaleuse" s'est-il plaint, après sa suspension du parti. "Si de tels principes moraux devaient présider à l'Etat français, ça serait scandaleux.Pour l'instant, je ne souhaite pas la victoire de Marine Le Pen en 2017. Marine Le Pen est un peu pire que l'UMPS ! Là, l'adversaire vous combat de dos !" lâche-t-il violemment.

Selon Jean-Marie Le Pen, c'est un véritable "complot" qui s'est organisé contre lui. "Je sais qu'elle est entourée d'un certain nombre de gens qui sont des socialo-gaullistes, qui sont des gens d'origines diverses et qui ne sont pas dans l'esprit qui a présidé à la vie du Front national pendant 40 ans" affirme-t-il, visant explicitement Florian Philippot qu'il n'a jamais porté dans son cœur.

Mais l'affaire ne s'arrêtera pas sur un coup de sang. "Je me battrai par tous les moyens pour faire rétablir la justice", assure-t-il. "Je pense d'ailleurs que beaucoup d'adhérents du Front national vont faire savoir à Marine Le Pen, ou ex-Le Pen, ce qu'ils en pensent".

Lui, n'arrêtera pas la politique et peut-être finira-t-il par se réconcilier avec sa fille : "C'est la mort qui coupe les ponts." Mais l'homme est rancunier et ne refermera pas le chapitre aussi vite. "Je lui dis : marie-toi, ça te permettra de changer de nom, ça me soulagera la conscience".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !