Jean-Marie Le Guen : il estime que l'heure est "à la contre-offensive" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marie Le Guen : il estime que l'heure est "à la contre-offensive"
©Reuters

Combatif

Jean-Marie Le Guen : il estime que l'heure est "à la contre-offensive"

Le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement a assuré dimanche qu'il y avait certes "deux pilotes" dans l'avion de l'exécutif, mais "un seul "commandant de bord", François Hollande.

Fini le temps du remaniement, désormais place à l’action. C’est en somme ce qu’a fait comprendre ce dimanche Jean-Marie Le Guen. Invité de l'émission Le Grand Rendez-vous (Europe 1, Le Monde, i>Télé), le nouveau responsable des Relations avec le Parlement a promis un gouvernement à l'attaque, car et il ne s'agit pas de "jouer petit bras". Ainsi, il a parlé d'une "nouvelle phase", d'un "second souffle" du quinquennat, même si, selon lui, l'équipe précédente dirigée par Jean-Marc Ayrault "a fondé les bases".

"Nous avons besoin d'action, c'est évidemment la marque de fabrique de Manuel Valls", a lancé le nouveau secrétaire d’Etat. "Cette action et cette réforme, elles seront très rapides. La période est à la contre-offensive, je ne suis là pas pour jouer petit bras", a insisté Jean-Marie Le Guen en parlant de "reconquête". "Le gouvernement est là pour attaquer les problèmes des Français", a-t-il martelé.

Interrogé sur le mode de fonctionnement du nouvel exécutif, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a expliqué qu'il y avait certes "deux pilotes" dans l'avion, mais "un seul "commandant de bord", François Hollande. Et de poursuivre : "C'est la logique des institutions", et c'est aussi "l'intégrité morale, la loyauté de Manuel Valls". Mais Jean-Marie Le Guen a aussi mis en garde contre toute éventuelle mésentente entre les deux hommes : "l'un et l'autre réussiront ensemble ou la gauche sera en difficulté".

Vu sur iTélé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !