Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

À demi-mot

Jean-Luc Mélenchon : "Moi, j'irai voter. Ce que je vais voter, je ne vais pas le dire"

"Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un guide. Vous allez prendre une décision. Je vous connais assez pour savoir ce que vous ne ferez jamais. Tout le monde a compris", a déclaré le candidat de La France Insoumise dans une vidéo destinée à ses électeurs.

Dans une vidéo publiée sur Youtube vendredi 28 avril, Jean-Luc Mélenchon explique sa décision de ne pas donner de consigne de vote pour le second tour de l'élection présidentielle, le 7 mai prochain. 

"Moi, j'irai voter. Ce que je vais voter, je ne vais pas le dire, mais il n' y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire. Pourquoi je ne le dis pas ? Pour que vous puissiez rester regroupés", explique-t-il. 

>>>> À lire aussi : Mélenchon face au second tour Macron-Le Pen : la chute morale de la maison Phi

"Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un guide. Vous allez prendre une décision. Je vous connais assez pour savoir ce que vous ne ferez jamais. Tout le monde a compris. Mais vous n'en obtiendrez pas d'avantage, vous ne me tordrez pas les bras et vous ne les tordrez pas aux millions des gens qui m'ont fait l'honneur de voter pour moi", ajoute le leader de La France insoumise.

"C'est une violence qui est faite à la plupart d'entre nous. De cette violence, il ne peut pas sortir une situation stable. La nature même des protagonistes du deuxième tour interdit cette stabilité. L'un parce que c'est l'extrême finance, l'autre parce que c'est l'extrême droite", estime également Jean-Luc Mélenchon. 

"La soirée avait un goût bizarre. On a reçu des messages d'amis qui nous disaient avoir été radiés des listes électorales. C'est une ambiance spéciale. On n'est pas habitués à ça. Le week-end, c'était carrément la république bananière, notamment sur le service public, on y est habitué, avec un grand reportage dès le matin sur la répression au Venezuela. Comme ça, ça crée une ambiance. D'habitude, la France c'est beaucoup plus respectueux de la trêve, du silence", conclut-il. 

Vu sur Youtube
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.