Jean-François Copé : "Manuel Valls est un homme de communication mais pas de résultats" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé a critiqué Manuel Valls
Jean-François Copé a critiqué Manuel Valls
©Reuters

Reproches

Jean-François Copé : "Manuel Valls est un homme de communication mais pas de résultats"

Le président de l'UMP était l'invité de BFMTV/RMC ce vendredi matin.

Jean-François Copé critique à tout-va. Ce vendredi matin, le président de l'UMP a renouvelé ses attaques à l'encontre de la nouvelle équipe gouvernementale. C'est tout d'abord Manuel Valls, le nouveau Premier ministre, qui en a pris pour son grade. Ainsi, le député-maire de Meaux a estimé sur BFMTV et RMC que Manuel Valls "n'a pas dix ans, il a deux mois pour adresser aux Français le message que le gouvernement va vraiment changer de politique".

"Le vrai sujet c'est que Manuel Valls est un homme de communication mais pas de résultats. 50% en plus des régularisations de sans-papiers. C'est un homme qui applique la politique de François Hollande, il a donné l'impression d'être le plus actif. Mais ce qui compte, ce sont les résultats. Quel était le message du 30 mars ? C'était une sanction gigantesque que visiblement personne n'a compris à gauche" a-t-il poursuivi. Quant à l'autorité du nouvel homme fort de Matignon, il préfère ironisé : "Manuel Valls n'a encore commandé personne".

A propos des nominations, Jean-François Copé s'est montré encore plus virulent. "Ce sont des erreurs politiques. Mr Lemas est préfet et il va diriger une banque... chercher l'erreur. Il a des compétences mais pas à la tête d'une banque" a estimé le président de l'UMP. Il a aussi condamné la nomination de Harlem Désir. Il "semble ne pas avoir fait l'affaire à la tête du PS et pour le récompenser on le nomme aux Affaires étrangères. Le message adressé à ceux qui s'intéressent à la question européenne, c'est désastreux", assure-t-il."François Hollande a donné des leçons de morale à tout le monde. C'est une faute politique et si j'étais son conseiller, dieu m'en garde, je recommanderais de revenir sur cette nomination", a estimé le patron de l'UMP.

Enfin Jean-François Copé a indiqué être "en train de finaliser" ses propositions sur la transparence de la vie politique qu'il avait promises en mars, après les accusations de surfacturation de meetings par une société tenue par ses proches. Ce sera prêt "peut-être avant la fin du mois de juin", a-t-il dit. Et d'ajouter : "Soit mon groupe souhaite l'intégrer dans ses travaux globaux et je le ferai au sein de mon groupe, soit ce n'est pas le cas pour des raisons de calendrier que je comprendrais, et je les déposerai sur le bureau de l'Assemblée nationale".

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !