Japon : l’ex-gourou de la secte Aum a été exécuté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Japon : l’ex-gourou de la secte Aum a été exécuté
©JIJI PRESS / AFP

23 ans plus tard

Japon : l’ex-gourou de la secte Aum a été exécuté

Shoko Asahara et six anciens membres de la secte Aum, responsable de l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995, ont été exécutés ce vendredi.

C'est la fin d'un feuilleton judiciaire de plus de vingt ans. Ce vendredi, Shoko Asahara, l’ex-gourou fondateur de la secte Aum, a été pendu ce vendredi matin, avec six autres complices. L'information a été annoncée par la ministre de la Justice, Yoko Kamikawa, lors d'une conférence de presse. Les sept condamnés ont été exécutés pour leur responsabilité dans l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995, qui avait fait 13 morts.

Arrêté en mai 1995, Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto), avait été condamné à mort en 2004, au terme d'un procès qui avait duré 8 ans. Sa sentence de peine capitale avait été confirmée en 2006. Il attendait depuis dans les couloirs de la mort avec 12 complices impliqués dans cet attentat. 190 autres membres de la secte avaient également été condamnés à diverses sentences dans cet attentat, le pire qu'ait connu le Japon. 

Le 20 mars 1995, selon un procédé très réfléchi, plusieurs membres de l'organisation occulte Aum Vérité suprême, créée par Shoko Asahara, avaient, lors de cinq attaques coordonnées, percé des poches de sarin sous forme liquide avec la pointe d'un parapluie, laissant le gaz s'évaporer dans les cinq rames de métro bondées à l'heure de pointe (8 heures du matin).

Suite à cette exécution, plusieurs membres des familles des victimes ont réagi: "Il a fallu 23 ans depuis l'attentat pour que cette sanction soit exécutée, malheureusement, les parents de mon mari, tué dans l'attentat, sont décédés avant", a déploré pour la chaîne publique NHK Shizue Takahashi, l'épouse d'un employé de gare mort dans l'attentat et présidente d'une association de victimes.

Certains regrettent néanmoins que l'exécution du gourou et des six de ses disciples ne met pas fin à une enquête où demeurent de nombreuses zones d'ombre. Tout au long de son procès, Shoko Asahara était resté muet. 

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !