James Cameron touche le fond | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
James Cameron touche 
le fond
©

Abysses

James Cameron touche le fond

Le réalisateur canadien est le premier homme à avoir atteint seul, hier, le fond du site le plus profond connu de la croûte terrestre, dans le Pacifique.

A bord d'un mini sous-marin de huit mètres de long équipé de puissants projecteurs , le "Deepsea Challenger",  James Cameron a battu hier un record de profondeur -10km-, en restant seul plusieurs heures au fond du site le plus profond connu de la croûte terrestre, la fosse des Mariannes, à 320 kilomètres au sud-est de l'île américaine de Guam, dans le Pacifique.

A 57 ans, James Cameron est "la première personne au monde à avoir jamais touché le fond, seul, du site le plus profond de la croûte terrestre à un record de 10 898 m (35.756 ft), le lundi 26 mars à 7h52 heure locale, ou dimanche 25 mars à 17h52 heure de Washington", a annoncé hier à Washington le National Geographic, qui chapeaute l'opération.

Le réalisateur de Titanic et d'Avatar est le premier homme depuis 50 ans à avoir relevé un tel défi. En 1960, le lieutenant de la Navy américaine Don Walsh et l'océanographe suisse Jacques Piccard avaient déjà atteint la croûte terrestre, plongeant depuis le bateau militaire américain Trieste, mais ils n'avaient pu rester que 20 minutes, la vase obscurcissant totalement l'environnement.

Le réalisateur, qui s'est longuement préparé physiquement à cette descente, a indiqué entreprendre une telle expédition "pour mieux connaître et comprendre cette partie largement inconnue de la planète". Les images récoltées par James Cameron dans cet environnement considéré comme le plus hostile du monde en raison de l'obscurité permanente qui y règne, feront l'objet d'un film documentaire en 3D qui sera diffusé en salles et sur la chaîne de télévision de la National Geographic (quelques extraits dans la vidéo ci-dessous).


Le cinéaste était également chargé de ramasser des spécimens afin qu'ils soient étudiés en biologie marine, astrobiologie, géologie marine ou géophysique.

 

 

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !