Italie : le Costa Concordia recommence à flotter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Italie : le Costa Concordia recommence à flotter
©Reuters

Opération à risque

Italie : le Costa Concordia recommence à flotter

Pour parvenir à déplacer le paquebot, l’équipe de techniciens va injecter une formidable masse d’air dans les trente caissons qui entourent l’épave de 115 mètres de long. Grâce à ce flotteur géant, le navire devrait se relever d’au moins deux mètres.

Le paquebot Concordia de la société de croisières Costa, dont le naufrage le 13 janvier 2012 devant l'île toscane du Giglio avait fait 32 morts, a recommencé à flotter. C'est la "première phase décisive de son renflouement", a annoncé aujourd'hui Franco Porcellacchia, l'un des ingénieurs responsables de l'opération.

"Le bateau flotte. Il est à environ un mètre au-dessus du fond", a précisé cet ingénieur lors d'une conférence de presse. Pour pouvoir le déplacer comme prévu, il faudra un mètre supplémentaire. Pour se faire, les équipes sur place ont commencé à injecter de l'air dans les quelque 30 caissons entourant l'épave longue de près de 300 mètres et pesant 115.000 tonnes, afin qu'elle se relève.

C'est un chantier sans précédent qui est entamé depuis des mois pour remettre ce géant des mers à l'eau. "Plus de 500 personnes de 26 nationalités ont travaillé sur le projet, dont 120 plongeurs sous-marins qui ont effectué plus de 15 000 immersions, ainsi que des soudeurs, charpentiers, pilotes de bateau, ingénieurs, biologistes et 60 experts en renflouage et logistique navale", explique le Monde. Concernant les opérations de rotation et renflouement, plus de 30 000 tonnes d'acier, soit 4 fois le poids de la tour Eiffel, auront été nécessaires. 

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !