Italie : Berlusconi plonge le pays dans la crise, Letta réagit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Italie :  Berlusconi plonge le pays dans la crise, Letta réagit
©

Crise de nerfs

Italie : Berlusconi plonge le pays dans la crise, Letta réagit

Enrico Letta a décidé de pousser le Cavaliere dans ses retranchements en posant la question de confiance mercredi devant le Parlement.

En Italie, c'est la crise politique. Une de plus diront les plus pessimistes. Mais est-elle plus dangereuse cette fois-ci ? Pas certain mais la crise provoquée par Silvio Berlusconi est sérieuse. D'ailleurs, le chef du gouvernement italien Enrico Letta a tenu à réagir rapidement. L'homme à la tête du gouvernement va donc poser la question de confiance mercredi devant le Parlement.

Pour lui, il faut "aller de l'avant". "Je n'ai pas l'intention de gouverner à tout prix", a expliqué le président du Conseil lors d'une émission télévisée dimanche soir. "Je ne demanderai pas la confiance pour trois jours et pour recommencer comme avant, mais pour aller de l'avant et appliquer un programme. Sinon, j'en tirerai les conséquences", a-t-il expliqué.

Depuis deux jours, Enrico Letta est choqué par la décision du Cavaliere de retirer tous les ministres de son parti, le Peuple de la liberté (PDL, centre droit), du gouvernement de coalition gauche-droite. Cette décision a "créé un climat évident d'incertitude", avait commenté un peu plus tôt le président de la République Giorgio Napolitano. Mais les deux hommes ont écarté l'hypothèse d'une dissolution du Parlement. Le vote de confiance est censé "clarifier" la situation. La presse dans son ensemble avait condamné la décision du Cavaliere alors que la troisième économie de la zone euro peine à sortir de la crise. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !