Israël/Hamas : le cessez-le-feu n'aura pas duré, un soldat israélien aurait été capturé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les bombes se sont encore abattues jeudi sur Gaza
Les bombes se sont encore abattues jeudi sur Gaza
©Reuters

Fin de la pause

Israël/Hamas : le cessez-le-feu n'aura pas duré, un soldat israélien aurait été capturé

L'armée israélienne a proclamé vendredi la fin prématurée de la trêve qui était censée tenir 72 heures et permettre l'ouverture de négociations indirectes sur une trêve durable.

Entamée ce vendredi à 7h00, heure française, le cessez-le-feu, qui devait se terminer dans trois jours, n'aura duré que quelques heures. En effet, ce vendredi, l'armée israélienne a proclamé la fin prématurée de la trêve qui devait permettre l'ouverture de négociations indirectes sur une trêve durable. Et comme à chaque tentative de trêve permanente, les deux camps se renvoient la responsabilité de l'échec. Israël affirme que des roquettes tirées par le Hamas sont tombées sur son territoire et que des membres du mouvement islamiste ont ouvert le feu sur ses soldats. 

En conséquence, Tashal a bombardé  à plusieurs reprises la bande de Gaza à partir de 10h du matin. Ces raids ont fait au moins 27 morts selon les services de secours palestiniens. Ils se poursuivaient à la mi-journée, moment choisi par l'armée israélienne  pour annoncer que le cessez-le-feu était terminé pour sa part. Sans surprise, le mouvement palestinien dément la version israélienne.

De plus, un soldat israélien pourrait avoir été enlevé vendredi matin dans le sud de la bande de Gaza, a rapporté l'armée israélienne. "De premiers éléments suggèrent qu'un soldat des forces de défense d'Israël a été enlevé par des terroristes" au cours d'une opération visant à détruire les tunnels du Hamas, alors qu'un cessez-le-feu était en vigueur", écrit-elle dans un communiqué.

L'annonce des Forces israéliennes de défense, moins de six heures après l'entrée en vigueur de cette pause, intervient alors que les hostilités ont repris dans la bande de Gaza, où 40 Palestiniens au moins ont été tués dans des bombardements près de la ville de Rafah. 

Il semble qu'un soldat de Tsahal ait été kidnappé par des terroristes du Hamas qui ont violé le cessez-le-feu en tirant sur des soldats

En conséquence, l'Egypte a informé les responsables palestiniens qu'elle repoussait les négociations prévues au Caire entre délégations israélienne et palestinienne, après qu'Israël l'a informée de la capture d'un de ses soldats, selon un responsable du Jihad islamique.

Pourtant ce matin, un premier pas vers la fin du conflit avait donc été fait.  En effet, le Hamas et Israël ont décidé un cessez-le-feu de 72 heures. "Israël a accepté la proposition faite par les États-Unis et l'ONU" a dit un collaborateur du Premier ministre Benyamin Netanyahou. Cette pause commence ce vendredi à 8h00. Un porte-parole du Hamas a confirmé l'annonce. 

De leur côté, John Kerry et Ban Ki-Moon ont indiqué que ce "cessez-le-feu sans condition préalable pourra être étendu". Malgré tout, l'armée israélienne pourra poursuivre ses opérations derrière ses positions actuelles. Cette nuit, Israël a annoncé la mort de cinq soldats, tués jeudi soir par des tirs d'obus palestiniens. L'AFP rapporte aussi que "pendant la nuit, notamment dans le secteur de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, quatorze Palestiniens ont été tués, selon les secours. Le pilonnage de l'armée israélienne s'intensifiait également au nord de l'enclave, dans le secteur de Jabaliya".

Mais les Occidentaux veulent croire à cette pause. "Ce cessez-le-feu est très important pour donner aux civils innocents un répit dont ils ont bien besoin face à la violence" a déclaré John Kerry à New Delhi. Des négociations "de fond" devraient aussi être engagées avec les deux camps. Des délégations palestinienne et israélienne étaient attendues vendredi matin au Caire pour des pourparlers. Mais la méfiance reste de mise de tous les côtés car les précédents cessez-le-feu humanitaires, unilatéraux, avaint été un échec. Benyamin Netanyahou a de nouveau affiché sa détermination jeudi, affirmant que son armée "finirait le travail" avant de cesser ses opérations. Pour le moment, le conflit a fait environ 1 450 morts et plus de 8 300 blessés, en grande majorité des civils palestiniens.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !