Israël : après la mort d'un premier civil israélien, Benyamin Nétanyahou décide "d'intensifier" les opérations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Israël : après la mort d'un premier civil israélien, Benyamin Nétanyahou décide "d'intensifier" les opérations
©

Reprise du conflit

Israël : après la mort d'un premier civil israélien, Benyamin Nétanyahou décide "d'intensifier" les opérations

"Le Hamas ne nous laisse pas d'autre choix que de répondre", a déclaré le premier ministre israélien lors d'une conférence de presse.

Alors que l'offensive israélienne "bordure de protection" a fait 194 morts en huit jours, un premier civil israélien a trouvé la mort près du passage d'Eretz ce mardi. Selon le quotidien Times of Israel, cet homme de 38 ans a été tué par des tirs de roquette en provenance de la bande de Gaza. D'après Channel 2, la victime rendait visite à des soldats israéliens pour leur apporter de la nourriture.

"Le Hamas ne nous laisse pas d'autre choix que d'étendre et intensifier nos opérations", a déclaré Benyamin Nétanyahou lors d'une conférence de presse. "Nous n'arrêterons pas tant qu'Israël sera menacé. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour rétablir la paix pour le peuple israélien". Avant d'insister : "si le Hamas et le Jihad islamique n'acceptent pas le cessez-le-feu, ils le paieront cher", s'est-t-il exclamé.

Les efforts de l'Egypte pour aboutir à un cessez-le-feu n'auront pas suffit à apaiser le conflit. Après l'annonce de la première perte civile israélienne, l'armée a aussitôt repris ses frappes sur Gaza ce mardi. Le Caire avait proposé un accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à partir de ce même jour. Une proposition accueillie favorablement par le cabinet de sécurité israélien, à l'instar du Hamas, qui a refusé la trêve. 

Lu sur leparisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !