Islamisme : 8250 individus se seraient radicalisés en France en 2015, deux fois plus qu'en 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Islamisme : 8250 individus se seraient radicalisés en France en 2015, deux fois plus qu'en 2014
©Reuters

Inquiétant

Islamisme : 8250 individus se seraient radicalisés en France en 2015, deux fois plus qu'en 2014

La région parisienne, le Sud-Est, le Nord ou encore la Haute-Garonne seraient particulièrement touchés.

8.250 personnes auraient été signalées comme radicalisées sur l'ensemble du territoire français, depuis le lancement de la plateforme anti-jihad, d'après un dernier bilan officiel établi le 28 janvier. L'information est révélée par le journal Le Figaro dans son édition du 3 février.

Le nombre a plus que doublé par rapport à mars dernier, en passant de 4.015 cas signalés à 8.250. Dans ce nombre, la part des femmes (30%) et des mineurs (20%) serait en nette hausse. Ce triste bilan a pu être consolidé grâce aux repérages des services de l'État (police, gendarmerie et Éducation nationales) mais aussi avec les alertes des familles inquiétées par des comportements suspects comme le repli identitaire, l'apologie du terrorisme ou l'hostilité aux institutions.

Ayant pu consulter le document, le quotidien a dressé une carte de la radicalisation en France. Sans surprise, ce sont dans les régions citadines que se concentre cette radicalisation : la région parisienne, le Sud-Est, le Nord ou encore la Haute-Garonne.

Contrairement à une idée reçue, les individus ne se radicalisent pas seuls devant leur ordinateur. "Le déclencheur est dans 95% des cas lié à un contact humain", souligne l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste, cité par le journal.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !