Islam de France : le gouvernement a présenté son plan pour "favoriser le dialogue" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Islam de France : le gouvernement a présenté son plan pour "favoriser le dialogue"
©Reuters

Apaisement

Islam de France : le gouvernement a présenté son plan pour "favoriser le dialogue"

Une instance de dialogue va notamment être mise en place, constituée du Conseil français du culte musulman, et "de toutes les associations qui souhaiteront la rejoindre".

Après l’émotion, le dialogue. A la suite des attentats de janvier et de l'émotion suscitée, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a présenté, ce mercredi matin, en conseil des ministres un plan de "communication sur le dialogue avec l’islam de France". Le ministre de l'Intérieur a notamment appelé à mettre fin à "l’hystérie collective" et invité à une "parole publique millimétrée, précise, apaisante" sur la religion musulmane.

Le plan souhaite faire la promotion de l'islam de France et prévoit plusieurs actions pour renforcer le dialogue avec les fidèles et la sécurité de la communauté musulmane.

La principale annonce est la création d'une instance de dialogue, qui se réunira deux fois par an. Elle sera constituée du Conseil français du culte musulman (CFCM), mais aussi "de toutes les associations qui souhaiteront la rejoindre", a indiqué le ministère de l'Intérieur. Plusieurs grandes figures de l'islam de France pourraient y participer. Diverses questions comme le halal ou l'abattage rituel y seront débattus.

Des crédits financiers vont être dégagés pour mettre en place de la vidéo-surveillance sur les sites musulmans les plus menacés. Depuis la mise en place du plan Vigipirate antiterroriste décidée à la suite des attentats de janvier, environ 1000 lieux liés à l'islam (mosquées, centres culturels) sont surveillés par les forces de l'ordre.

L'Etat veut également donner plus de responsabilités aux imams, qui ont "un rôle fondamental à jouer". Afin de combattre le radicalisme d’une partie des jeunes musulmans, notamment dans les prisons, l’Etat va les inciter à suivre des formations civiques et civiles dans les universités qui leur offriront en outre des débouchés. Le gouvernement souhaite faire passer de 6 à 12 le nombre de diplômes accessibles aux imams.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !