Iran : le ministre des Affaires étrangères condamne "le massacre des juifs par les nazis" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Iran : le ministre des Affaires étrangères condamne "le massacre des juifs par les nazis"
©

Fin de négationisme

Iran : le ministre des Affaires étrangères condamne "le massacre des juifs par les nazis"

Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien, a pris le contre-pied de l’ex président Mahmoud Ahmadinejad qui a toujours nié l’existence de l’Holocauste.

Le revirement est discret mais pourrait annoncer d’importants changements dans les relations des pays du Moyen-Orient. Jeudi 5 septembre, le ministre iranien des Affaires étrangères a condamné "le massacre des juifs par les nazis", prenant le contre-pied de l’ex président Mahmoud Ahmadinejad qui a toujours nié l’existence de l’Holocauste. La déclaration a été publiée sur sa page Facebook suite à un entretien à l’agence de presse Tasnim.

Tout est parti d’un message en anglais posté sur Twitter par Javad Zarif, le ministre en question, souhaitant un "joyeux Rosh Hashanah" (le nouvel an juif) à la minorité juive d’Iran. Tweet auquel a répondu la fille de l'ex-présidente de la Chambre des représentants américains Nancy Pelosi : "Merci. Le nouvel an serait plus doux si vous mettiez un terme à la négation de l’Holocauste par l’Iran, Monsieur". Réponse de Zarif : "L’Iran ne l’a jamais nié. L’homme qui semblait le nier est maintenant parti. Joyeuse nouvelle année".

Le ministre a précisé que le "crime de l’Holocauste sert de prétexte aux sionistes depuis 60 ans pour se poser en victimes et provoquer la sympathie dans le monde afin de piller les droits de la nation palestinienne". Il a aussi affirmé que l’Iran condamnait "tous les types de massacres contre l’humanité".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !