Irak : l'armée annonce avoir libéré Falloujah de l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irak : l'armée annonce avoir libéré Falloujah de l'Etat islamique
©

Reconquête

Irak : l'armée annonce avoir libéré Falloujah de l'Etat islamique

La ville de Falloujah, contrôlée depuis deux ans par l'Etat islamique, a été libérée ce dimanche, selon les forces irakiennes.

Après plus d'un mois de bataille, les forces irakiennes ont repris dimanche le contrôle du dernier quartier que les combattants du groupe Etat islamique (EI) tenaient à Falloujah, ont-elles annoncé. Selon l'armée, cela marque la fin de la bataille pour la reconquête de cette ville située à une cinquantaine de kilomètres de Bagdad.

"Aujourd'hui, le commandant des opérations à Falloujah, le général Abdelwahab al-Saadi, annonce que la ville a été libérée après que les forces d'élite du contre-terrorisme ont pris le contrôle du quartier Al-Jolan", a indiqué un porte-parole des forces irakiennes. 

La semaine dernière, le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi avait déjà proclamé la victoire des troupes gouvernementales dans la ville, mais les combats n'étaient pas encore terminés. 

Au moins 1800 combattants de l'Etat islamique sont morts lors de cette offensive.

Falloujah, qui avait été une ville symbole de la guerre en Irak - les Américains y menant de durs combats en 2004 contre les insurgés - fut la première ville à tomber aux mains de l'EI en janvier 2014. Les djihadistes en avaient pris le contrôle avant même leur fulgurante offensive lancée cinq mois plus tard, qui leur avait permis de s'emparer de vastes régions d'Irak.

Mossoul, second ville du pays, est toujours contrôlée par l'Etat islamique. Ville d'un million d'habitants à majorité sunnite, elle risque d'être beaucoup plus difficile à libérer que Falloujah.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !