Intervention du 14 juillet de François Hollande : le lapsus du chef de l'Etat sur Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Intervention du 14 juillet de François Hollande : le lapsus du chef de l'Etat sur Nicolas Sarkozy
©

La belle boulette

Intervention du 14 juillet de François Hollande : le lapsus du chef de l'Etat sur Nicolas Sarkozy

Pour François Hollande, Nicolas Sarkozy, récemment mis en examen pour corruption et trafic d'influence, est "prisonnier...présumé innocent" !

Voilà lapsus qui aurait bien plu à Freud. Lors de son allocution télévisée du 14 juillet, François Hollande a confondu les termes " prisonnier" et "présumé innocent" alors qu’il évoquait la récente mise en examen de Nicolas Sarkozy pour corruption et trafic d’influence.

Alors qu’il avait commencé par gentiment réciter les grands principes en lesquels il croit : "l'indépendance de la justice», et la «présomption d'innocence" qui "vaut pour tout le monde, du citoyen le plus modeste à celui qui a exercé la responsabilité la plus élevée", au moment de terminer sa réponse François Hollande a comis un double lapsus : "Chacun doit être certain qu'il est prisonnier... est présumé innocent avant d'être condamné", a ainsi lancé le président de la République. Non seulement il prononce le mot "prisonnier" au lieu de "présumé", mais il semble aussi estimer qu'un "présumé innocent" est forcément appelé à être "condamné" et non "jugé".

Comble de l’ironie, ce lapsus n’est pas sans rappeler celui de Nicolas Sarkozy en 2009. Alors qu’il donnait une interview conjointe à TF1 et France 2, l’ancien chef de l’Etat avait qualifié de "coupables" les prévenus comparaissant devant le tribunal dans le cadre de l’affaire Clearstream. Indigné, Dominique de Villepin avait alors assigné Nicolas Sarkozy...  

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !