Vers la fin de l'Internet illimité ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vers la fin 
de l'Internet illimité ?
©

Limitations

Vers la fin de l'Internet illimité ?

Les opérateurs assurent ne pas vouloir remettre en cause l'Internet illimité. Mais ils réfléchissent à un remodelage de leurs offres.

"La fin de l'Internet illimité". C'est le titre d'un article alarmant publié par Owni vendredi dernier, qui révélait que certains fournisseurs d'accès à Internet étaient sur le point de mettre en place des seuils et autres paliers pour limiter le débit maximum des connexions Internet des particuliers. Le gouvernement a immédiatement répliqué, par la voix du ministre chargé de l'Economie numérique, Eric Besson :

"Le gouvernement n'envisage aucune restriction de l'accès à Internet et travaille bien au contraire au développement du très haut débit fixe et mobile sur l'ensemble du territoire et pour l'ensemble des Français."

Les opérateurs se sont défendus lundi. Yves Le Mouël, le directeur général de Fédération française des télécoms (FFT), qui regroupe notamment SFR, Bouygues et France Telecom, a démenti les affirmations d'Owni :

"On n'a jamais imaginé la fin de l'internet illimité. C'est hors de question (...). Certains opérateurs ont parlé de différenciation des offres."

C'est justement cette différenciation des offres d'Internet fixe qui inquiète les défenseurs de la neutralité d'Internet. Numerama craint que la fin de l'Internet illimité ne signifie la "fin d'Internet" :

"En interdisant l'utilisation abusive de l'expression "internet illimité", le gouvernement introduit subrepticement l'idée d'un internet limité, pas seulement en débit. Il pourra l'être en volume, mais il pourra aussi et surtout l'être en terme de fonctionnalités."

Lu sur Numerama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !