Indonésie : sursis pour Serge Atlaoui, le Français n'est pas sur la liste des prochaines exécutions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Indonésie : sursis pour Serge Atlaoui, le Français n'est pas sur la liste des prochaines exécutions
©

Espoir

Indonésie : sursis pour Serge Atlaoui, le Français n'est pas sur la liste des prochaines exécutions

Les prisonniers en attente d'une exécution imminente ont été transférés dans des cellules d'isolement, comme le prévoit la législation, à l'exception du Français.

Une lueur d'espoir?  Le Parquet général de Jakarta a fait savoir que le nom du Serge Atlaoui, incarcéré en Indonésie pour trafic de drogue ne figurait pas sur la liste des exécutions imminentes. Il est impossible à l'heure actuelle de donner une quelconque signification à ce geste, mais c'est bien le premier signal positif pour la famille du Lorrain depuis des semaines. Le nom d'Altaoui aurait été de la liste retiré au dernier moment. Aucune autre information n'a été donnée.

Dans la nuit de vendredi à samedi, les prisonniers en attente d'une exécution imminente ont été transférés dans des cellules d'isolement, comme le prévoit la législation, à l'exception du Français.

Contrairement aux autres représentations diplomatiques en Indonésie, concernés par l'exécution de prisonniers, comme l'Australie, le Brésil, les Philippines, l'ambassade de France à Jakarta a indiqué samedi n'avoir reçu aucune convocation pour se rendre à la prison de Nusakambangan, afin d'assister à des réunions pour évoquer la préparation des prochaines exécutions. C'est dans cette prison que sont incarcérés les neuf détenus étrangers.

Ce samedi matin, le président François Hollande avait prévenu l'Indonésie de "conséquences" essentiellement "diplomatiques" en cas d'exécution du Français.

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !