Incidents après la qualification de l'Algérie : Marine Le Pen veut mettre "fin à la double nationalité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen veut mettre fin à la double nationalité
Marine Le Pen veut mettre fin à la double nationalité
©Reuters

Radical

Incidents après la qualification de l'Algérie : Marine Le Pen veut mettre "fin à la double nationalité"

"Il faut choisir, on est Algérien ou on est Français" a notamment déclaré, ce dimanche, la présidente du Front national lors du Grand Rendez-vous (Europe 1, i>TELE, Le Monde).

Ce jeudi, grâce à son match nul contre la Russie, l'Algérie s'est qualifiée pour les 8e de finale de la Coupe du monde. Une grande première pour les Fennecs. Mais si globalement  les supporters ont fêté cet événement dans la joie et l'allégresse quelques débordements ont eu lieu, notamment à Paris, Lyon et Marseille. Au total, 74 personnes ont été interpellées et une centaine de voitures incendiées. Des incidents qualifiés "d'insupportables" vendredi par le Premier ministre Manuel Valls qui déplorait que la fête ait été "gâchée par un certain nombre d'individus qui n'ont rien à voir avec le football et qui devront être traduits devant la justice". Mais ce n'est pas la seule personnalité politique à s'être exprimé sur le sujet. En effet ce dimanche, lors du Grand Rendez-vous (Europe 1, i>TELE, Le Monde), Marine Le Pen est elle aussi revenue sur ces heurts post match. 

"Les médias ont tenté de passer ça sous silence. Les Français en sont conscients. Les événements qui ont eu lieu et qui ont touché nos compatriotes, pour certains violentés, avec des destructions de biens publics, des attaques de policiers, des voitures brûlées, n’ont pas eu la couverture médiatique qu’ils auraient dû avoir" a dans un premier temps estimé la présidente du Front national avant de se montrer plus virulente. En effet, selon elle, ces violences sont l’illustration de l’échec d’intégration d’une partie de la population immigrée et non le fait de casseurs isolés.

>>>>> A lire aussi :  Ce qu’il serait encore temps de dire ou faire pour éviter les débordements d’un éventuel match France Algérie <<<<<<<

"On pose le problème de la double nationalité. C’est un symbole ce qui se passe. Il faut mettre fin à la double nationalité. Il faut choisir, on est Algérien ou on est Français. On est Marocain ou on est Français. Mais pas les deux en même temps" a martelé Marine Le Pen. Et de poursuivre : "Il faut que l’Etat retrouve son autorité. A quoi avons-nous assisté ? A la démonstration de la perte totale d’autorité de l’Etat français".  La présidente du Front national a également pointé du doigt le nombre de bi-nationaux en France. "Il y avait, inscrits en France pour voter aux élections algériennes, 800 000 électeurs", a-t-elle souligné. "C'est trop ! Il faut modifier le code de la double nationalité", a-t-elle ajouté.

A lire aussi : France-Algérie, le match de tous les dangers ? Ce qui pourrait se passer en cas de rencontre entre les 2 pays au mondial

Mercredi dernier, lors d'une conférence de presse, la fille de Jean-Marie Le Pen avait déjà agité le sujet : "Ce qui est malheureux avec les matchs de l’Algérie, c’est que qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, de toute façon, on a des violences, des dégradations et des agressions", déclarait-elle alors, avant d’ajouter que "c’est le seul pays avec lequel il y a ce genre de problèmes". Et de poursuivre : "Ça doit être des gens qui ont une hostilité, parce que pour détruire des biens, pour s’attaquer à la police française, pour effectuer des dégradations, il ne faut pas être animé par un esprit sportif, il faut être animé par un esprit de revanche". Pour rappel, lundi soir, l'Algérie affronte l'Allemagne en 8ème de finale. En cas de qualification, les Fennecs pourraient retrouver la France…

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !