Immobilier neuf : les mises en chantier sont moins nombreuses | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Immobilier neuf : les mises en chantier sont moins nombreuses
©

Quand le bâtiment va pas...

Immobilier neuf : les mises en chantier sont moins nombreuses

Sur douze mois (avril 2012 à mars 2013), la baisse des mises en chantier est marquée, de -18% à 335 900 unités.

L'immobilier est lui aussi en crise depuis de nombreuses semaines. Parfois, il connaît néanmoins un léger rebond. Mais pas en ce moment et pas dans le secteur des logements neufs. En effet, les mises en chantier ont poursuivi leur dégringolade au premier trimestre, chutant de 11,2% à 83 929 unités comparé à la même période de 2012, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi.

Le nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs a en revanche augmenté de 5,5% au cours de la même période, à 129 499 unités. Durant la même période, les permis de construire pour des logements neufs ressortent pour cette fois en baisse de 6,2% à 502 300 unités. Le recul marqué des mises en chantiers entre janvier et mars affecte tous les secteurs du logement, que ce soit l'individuel (-14,5%) ou le collectif (-5,6%).

Les statistiques du ministère du Logement "confirment que l'on a descendu une nouvelle marche", relève Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest. Le point noir demeure les maisons individuelles dont les mises en chantier ont dévissé de 14,5% au premier trimestre alors que le logement collectif ne recule comparativement que de 5,6%. "C'est le nerf de la guerre", selon le spécialiste expliquant le manque d'appétit pour les maisons individuelles par la mise en place depuis le 1er janvier d'une nouvelle mouture du prêt à taux zéro consommé essentiellement par les primo-accédants.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !