Immigration : Juppé prend ses distances avec les propositions de Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Immigration : Juppé prend ses distances avec les propositions de Sarkozy
©Reuters

Oui, mais...

Immigration : Juppé prend ses distances avec les propositions de Sarkozy

Le maire de Bordeaux a répondu au questionnaire sur l'immigration lancé par le président des Républicains. S'il se dit favorable à certaines mesures, il est en revanche beaucoup plus réservé sur d'autres.

Après Nathalie Kosciusko-Morizet, c'est Alain Juppé qui s'y colle. Le maire de Bordeaux a dévoilé sur son site ses réponses au questionnaire sur l'immigration lancé par Nicolas Sarkozy ce mercredi. Comme NKM, l'ancien Premier ministre, grand rival de Nicolas Sarkozy en vue de la primaire à droite pour 2017, se dit d'accord sur certaines propositions….mais se montre beaucoup plus réservé sur d'autres.

Alain Juppé donne d'abord son assentiment à des contrôles aux frontières, mais précise que cela doit se faire "dans certaines situations exceptionnelles". Il est également favorable à l'instauration d'une liste de pays sûrs pour lutter contre la fraude à l'asile et des plafonds limitatifs permettant de maîtriser l’immigration vers la France, des idées qu'il a "déjà proposé", précise-t-il.

En revanche, il reste très prudent concernant une réforme des traités de Schengen et un Schengen II, demandant "des précisions".

Comme NKM, il ne se montre pas non plus emballé par l'idée de centres de rétention à l'intérieur de l'Europe, précisant que "l’Europe ou la France ne peuvent naturellement pas créer de leur propre initiative des « centres de rétention » dans des pays souverains comme la Turquie, et encore moins dans des Etats faillis comme la Libye".

Il propose plutôt de "privilégier le développement de centres au sein de l’Union européenne, dans lesquels seront distingués réfugiés politiques et migrants".

Sur la controversée remise en cause du droit du sol, il déclare "ne pas souhaiter remettre en cause l'équilibre entre le droit du sang et le droit du sol".

Enfin, à propos de l'intégration et de l'assimilation, le maire de Bordeaux (qui s'était déjà prononcé publiquement pour l'intégration) refuse de les opposer. "Notre objectif doit être de concilier notre diversité et l’unité de la Nation autour des grandes valeurs de la République et dans le partage du sentiment patriotique" conclut-il.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !