Imam de Brest : "il faut le mettre en hôpital psychiatrique" estime l'imam de Bordeaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'imam de Bordeaux était invité sur France inter pour la publication de son livre "Profession imam : entretiens".
L'imam de Bordeaux était invité sur France inter pour la publication de son livre "Profession imam : entretiens".
©Reuters

Réaction

Imam de Brest : "il faut le mettre en hôpital psychiatrique" estime l'imam de Bordeaux

Rachid Abou Houdeyfa avait expliqué à de nombreux enfants, filles et garçons, que s’ils écoutaient de la musique, ils seraient transformés "en singes ou en porcs".

L'imam de la mosquée de Bordeaux a fermement dénoncé les propos tenus par l'imam de Brest dans une vidéo polémique publiée au mois de mai 2014. L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa, avait expliqué à de nombreux enfants, filles et garçons, que s’ils écoutaient de la musique, ils seraient transformés "en singes ou en porcs".

"Si je devais refaire ce cours, je ne choisirais pas les mêmes mots. J’ai évolué. Je ne suis pas intolérant comme certains le font croire. Je reconnais que parfois, au vu des heures de vidéo que je diffuse, mes propos peuvent manquer de nuance. J’évolue chaque jour" avait expliqué l'intéressé après la publication de cette vidéo.  

Invité de France Inter ce mardi pour la publication de son livre "Profession imam : entretiens", l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou a lancé : "Il faut le mettre dans un asile psychiatrique".  

"C'est traiter Dieu, paradoxalement, de diable (…) Les musulmans ont développé la musique pendant le Moyen-Age. Les compagnons du Prophète pratiquaient la musique (…) C’est la théorisation de l’extinction de l’islam tout court. C'est une situation très violente par rapport à des fidèles qui reçoivent ces bombardements scripturaires mal interprétés. (...) Le Coran lui-même est d’une acoustique et d’une rythmique incroyables. Donc dire que la musique, c’est la création du diable, c’est traiter Dieu, paradoxalement, de diable" a-t-il ajouté. 

 

 

Lu sur Le Télégramme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !