Ile-de-France : l'immobilier enregistre sa croissance la plus faible depuis les années 60 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'IAU évoque une situation "symptomatique d'un marché immobilier tendu".
L'IAU évoque une situation "symptomatique d'un marché immobilier tendu".
©Reuters

Symptomatique

Ile-de-France : l'immobilier enregistre sa croissance la plus faible depuis les années 60

"Une production importante de logements à prix abordables devient donc cruciale pour contrebalancer la tension grandissante du marché immobilier francilien", observe l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France.

Selon les conclusions d'une étude publiée ce mardi par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) d'Ile-de-France, le nombre de logements occupés en Ile-de-France est passé de 4,82 à 4,99 millions entre 2006 et 2011, soit l'une des plus faibles hausses observées depuis les années 1960 entre deux recensements. 

L'institut évoque une situation "symptomatique d'un marché immobilier tendu". Les 163 000 logements supplémentaires de ce parc se sont répartis entre les propriétaires (94 000), les locataires du secteur locatif privé (57 000) et ceux du secteur social (28 000). 

"Cet accroissement, qui représente une progression de 0,66% par an, fait partie des plus faibles (…) Associé aux faibles niveaux du renouvellement immobilier et du parc inoccupé, il est symptomatique d'un marché du logement tendu, où l'offre est sensiblement plus faible et insuffisante par rapport à la demande, notamment pour accueillir les ménages les plus modestes", observe l'IAU. 

>>>> À lire aussi : Taux immobiliers à leur plus bas historique : faites-vous partie de ceux qui vont en bénéficier ou de ceux que ça va enfoncer ?

 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !