Hôpitaux : les infections nosocomiales touchent un patient sur vingt | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un patient sur 20 est touché par les infections nosocomiales.
Un patient sur 20 est touché par les infections nosocomiales.
©Reuters

Santé

Hôpitaux : les infections nosocomiales touchent un patient sur vingt

L'enquête nationale de prévalence publiée jeudi révèle par ailleurs que les bactéries sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques.

Les hôpitaux peuvent s'avérer très dangereux. Une enquête nationale de prévalence (ENP) réalisée en 2012 et publiée jeudi par l'Institut de veille sanitaire (InVS) révèle en effet qu'un patient hospitalisé sur vingt présente une ou plusieurs infections nosocomiales. 

L'étude, dont l'objectif était de mesurer, un jour donné, le nombre de patients infectés, mais également à recenser ces infections par type d'établissement, de service, de site infectieux et de micro-organisme en cause, a été menée dans exactement 1 938 établissements de santé, ce qui représente tout de même près de 90% des lits d'hospitalisation sur le territoire. L'enquête a donc porté sur 300 330 patients au total.

L'étude ne s'arrête pas là et indique en effet également que près de trois infections sur quatre sont acquises dans l'établissement réalisant l'enquête. Cela signifie donc qu'un quart des infections sont importées d'un autre établissement.

Quant aux trois agents infectieux les plus fréquemment à l'origine des infections, il s'agit des mêmes que ceux relevés en 2006, soit les bactéries Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa.

Problème : ces bactéries résistent de plus en plus aux antibiotiques prescrits. C'est en tout cas ce dont se sont rendu compte les chercheurs qui révèlent dans l'étude que près d'une souche d'E coli sur 5, 17,6% exactement, résiste aux céphalosporines de 3e génération tandis que la méticilline n'a aucun effet sur 38,1% des Staphylococcus aureus.

Des nouvelles inquiétantes toutefois rattrapées par une amélioration du côté des infections nosocomiales dans les services de SSR, les unités de soins de longue durée et la psychiatrie. L'enquête publiée jeudi révèle en effet une baisse de 21% de ces infections par rapport à l'enquête datant de 2006. Le chiffre n'a toutefois pas changé en ce qui concerne les services de court séjour.

Pour rappel, la ministre de la Santé Marisol Touraine a indiqué lors des quatrièmes États généraux des infections nosocomiales et de la sécurité des patients organisés au mois de mai que les infections nosocomiales sont la cause directe en France de plus de 4 000 décès tous les ans.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !