L'homoparentalité bientôt étudiée à l'école | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'homoparentalité 
bientôt étudiée à l'école
©

Gay friendly

L'homoparentalité bientôt étudiée à l'école

L'étude des familles homoparentales figurera, à la rentrée prochaine, au programme des Terminales L.

Les familles homoparentales devraient faire leur apparition aux côtés des familles biologiques, adoptives ou encore monoparentales, dans les programmes scolaires à la rentrée prochaine, selon le Bulletin officiel spécial du ministère de l'Education nationale. Mais seuls les élèves de terminale littéraire dans la spécialité "Droit et grands enjeux du monde contemporain" (DGEMC) sont concernés.

Jusqu'à présent, ce chapitre proposait d'analyser de façon historique et juridique les évolutions de la famille et de montrer que celle-ci est devenue "multiforme"  (famille biologique, adoptive, monoparentale, recomposée, nucléaire, élargie). La mention "homoparentale" va être ajoutée entre les mots "monoparentale" et "recomposée".

Un changement réclamé depuis plusieurs mois par l'association des familles homoparentales (ADFH), qui revendique après un an d'existence, plus de 600 adhérents. Dans un communiqué, l'association "se félicite de la prise en compte des familles homoparentales dans ce programme éducatif", et rappelle qu'elles "constituent aujourd'hui une réalité incontestable dans la pluralité des formes familiales existantes."

Cet ajout intervient dans un contexte de vive polémique liée à l'étude du genre. L'ADFH redoute que cette mention ne déclenche de nouvelles réactions épidermiques chez les partisans des familles dites "traditionnelles".

Selon le coprésident de l'ADFH, Alexandre Urwicz, c'est la première fois que les "textes officiels concernant les lycées (...) évoquent l'homoparentalité."

Lu sur Têtu.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !