Hacking chinois aux USA : une "catastrophe potentielle en terme de contre-espionnage" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hacking chinois aux USA : une "catastrophe potentielle en terme de contre-espionnage"
©Reuters

Données sensibles

Hacking chinois aux USA : une "catastrophe potentielle en terme de contre-espionnage"

Le vol de millions de données de fonctionnaires américains a permis à un groupe de pirates chinois de récupérer des informations sur les personnels habilités à accéder à des données sensibles ou secrètes, selon le quotidien Washington Post.

Le Washington Post explique que les pirates informatiques ont réussi à pénétrer la banque de données contenant les dossiers de demande d'habilitation (de type secret défense par exemple) des fonctionnaires ou de contractuels sur plusieurs dizaines d'années. Pour Joel Brenner, ancien haut responsable du contre-espionnage américain, "c'est une catastrophe potentielle en terme de contre-espionnage".

En effet, connaître les identités des personnes habilitées en fait "des cibles plus aisées à recruter pour les services d'espionnage d'un pays étranger", a-t-il souligné. De plus, ces dossiers d'habilitations contiennent des informations très intimes (vie privée, famille, voisins, contacts avec des étrangers, etc.) glanées lors des enquêtes menées par les autorités américaines avant la délivrance du précieux sésame : ces données peuvent servir à faire du chantage sur les détenteurs d'habilitations.

Le gouvernement américain a reconnu la semaine dernière que les données concernant 4 millions de fonctionnaires fédéraux avaient été volées par des pirates informatiques. Mais jeudi, un syndicat de fonctionnaires est allé plus loin en expliquant que tous les dossiers de tous les fonctionnaires ont été volés. De fait, des informations sur des personnels de la CIA, l'agence de renseignement extérieur américaine, pourraient aussi avoir été compromises.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !