Guyane : le gouvernement prévoit un "pacte" de 4 milliards d'euros sur 10 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Guyane : le gouvernement prévoit un "pacte" de 4 milliards d'euros sur 10 ans
©AFP

Crise

Guyane : le gouvernement prévoit un "pacte" de 4 milliards d'euros sur 10 ans

L'État devrait débloquer 400 à 500 millions par an pendant dix ans, pour sortir de la crise qui paralyse ce département d'Outre-Mer.

Le gouvernement va proposer un "pacte" pour la Guyane d'un montant de 4 milliards d'euros sur un peu moins de 10 ans, à raison de 400 à 500 millions par an, pour sortir de la crise qui bloque ce département, rapportent aujourd'hui Les Echos.

Selon les informations de nos confrères du journal Les Échos, le gouvernement va proposer un "pacte" pour la Guyane d'un montant de 4 milliards d'euros sur un peu moins de 10 ans, à raison de 400 à 500 millions par an, pour sortir de la crise qui bloque ce département d'Outre-Mer. 

>>>> À lire aussi : Grève générale en Guyane : pourquoi le gouvernement ne comprend pas la nature réelle du problème

D'après le site internet du quotidien, les ministres de l'Intérieur et de l'Outre-Mer, Matthias Fekl et Ericka Bareigts, qui doivent se rendre en Guyane avant la fin du mois de mars, proposeront de revoir le pacte proposé l'an dernier, dont le montant chiffré entre un et 2,6 milliards d'euros avait été jugé insuffisant par les élus guyanais. 

"La nouvelle proposition de pacte prendrait cette fois la forme d'un avenant au contrat de plan Etat-Région 2015-2020 qui ne prévoyait que 430 millions d'euros d'investissements", peut-on lire sur le site des Echos.

Le quotidien précise que l'Etat devrait notamment confirmer l'implantation d'un escadron de gendarmes mobiles, la création d'un tribunal de grande instance et d'une nouvelle prison. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !