Guerre en Ukraine : la reprise des exportations de céréales est "une question de vie ou de mort", selon le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La reprise des exportations de céréales depuis l'Ukraine est une "question de vie ou de mort" mais il existe un "espoir" qu'un accord soit trouvé cette semaine, selon Josep Borrell,
La reprise des exportations de céréales depuis l'Ukraine est une "question de vie ou de mort" mais il existe un "espoir" qu'un accord soit trouvé cette semaine, selon Josep Borrell,
©François WALSCHAERTS / AFP

Grenier européen

Guerre en Ukraine : la reprise des exportations de céréales est "une question de vie ou de mort", selon le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell

Des négociations entre la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations Unies doivent permettre de faire sortir par la mer Noire près de 20 millions de tonnes de céréales actuellement bloquées en Ukraine à cause du conflit avec la Russie.

La reprise des exportations de céréales depuis l'Ukraine est une "question de vie ou de mort" mais il existe un "espoir" qu'un accord soit trouvé cette semaine pour débloquer le port d'Odessa, a indiqué le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ce lundi 18 juillet.

Le projet d'accord vise à faire sortir par la mer Noire près de 20 millions de tonnes de céréales qui sont actuellement bloquées dans des silos ukrainiens suite à l’invasion menée par la Russie. 

"La vie de dizaines de milliers de personnes dépend de cet accord" en train d'être négocié entre la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations Unies, a confirmé le chef de la diplomatie européenne à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne consacrée à la guerre en Ukraine.

La Commission européenne a présenté vendredi de nouvelles mesures, dont un embargo sur les achats d'or à la Russie. 

Les dirigeants européens doivent se prononcer sur le déblocage d'une cinquième tranche de 500 millions d'euros pour financer les équipements militaires et les armes fournies à l'Ukraine.

France info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !