Guerre en Ukraine : l'AIEA estime la situation à la centrale de Zaporijjia "intenable" et réclame l'établissement d'une "zone de sécurité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
L'AIEA estime que la situation à la centrale de Zaporijjia est "intenable" et réclame l'établissement d'une "zone de sécurité".
L'AIEA estime que la situation à la centrale de Zaporijjia  est "intenable" et réclame l'établissement d'une "zone de sécurité".
©Genya SAVILOV / AFP

Rapport de l'AIEA

Guerre en Ukraine : l'AIEA estime la situation à la centrale de Zaporijjia "intenable" et réclame l'établissement d'une "zone de sécurité"

L'Agence internationale de l’énergie atomique a publié ce mardi ses conclusions dans un rapport suite à sa mission menée en Ukraine sur le site de la centrale nucléaire.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) réclame, dans un rapport publié mardi 6 septembre, la mise en place d'une "zone de sécurité nucléaire et de protection" pour prévenir un accident à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les Russes. 

"La situation actuelle est intenable", écrit l'instance onusienne dans ce texte de 52 pages. "Il est urgent de prendre des mesures provisoires", selon l’AIEA.

L’instance préconise notamment "l'établissement d'une zone de sécurité nucléaire et de protection". La centrale est occupée depuis plusieurs mois par les forces russes.

La publication de ce rapport intervient au lendemain de la déconnexion du dernier réacteur en fonctionnement de la centrale. Cette ligne, reliée à une centrale thermique voisine, "a été délibérément déconnectée afin d'éteindre un incendie", a expliqué l'AIEA dans un communiqué. Mais "elle n'a pas été endommagée" et devrait être reconnectée dès que possible.

Les bombardements menacent la sécurité du site. La Russie et l'Ukraine se sont accusées mutuellement de mettre en danger la centrale de Zaporijjia depuis le début du conflit. 

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !