Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron affirme que la France livre des missiles antichars Milan et des canons Caesar à Kiev | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Emmanuel Macron s’est confié dans une interview sur les livraisons d'armes françaises vis-à-vis de l’Ukraine.
Emmanuel Macron s’est confié dans une interview sur les livraisons d'armes françaises vis-à-vis de l’Ukraine.
©Sergei SUPINSKY / AFP

Soutien à l'Ukraine

Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron affirme que la France livre des missiles antichars Milan et des canons Caesar à Kiev

Le chef de l’Etat s’est confié dans une interview sur les livraisons d'armes françaises envers l’Ukraine.

Emmanuel Macron a révélé que la France fournit à l'Ukraine des missiles antichars Milan ainsi que des canons Caesar « en passant par plusieurs types d'armements » pour aider le pays à faire face à l'invasion russe, dans un entretien à Ouest-France publié ce vendredi 22 avril.

Jusqu'ici, les autorités françaises n'avaient pas précisé officiellement les types d'armements qui étaient livrés à Kiev. A la mi-avril, les livraisons de « 100 millions d'euros de dons de matériels » avaient été effectuées.

Le président a détaillé sa logique et sa stratégie : « Je pense qu'il faut continuer sur ce chemin. Avec toujours une ligne rouge qui est de ne pas entrer dans la cobelligérance ».

Sollicitée par l'AFP, l'Elysée n'a pas précisé le nombre de missiles Milan et de canons Caesar livrés, afin de ne « pas donner d'informations opérationnelles » qui pourraient être utilisées par l'armée russe.

Les missiles Milan « ont déjà été donnés », selon cette source.

L'acheminement des Caesar est « en cours, ils seront livrés dans les prochains jours » ainsi que « des milliers d'obus », selon l'Elysée.

Une quarantaine de militaires ukrainiens doit par ailleurs être formée en France à leur maniement à partir de samedi, a ajouté la présidence.

Les livraisons d'armes à l'Ukraine se sont intensifiées ces derniers jours.

Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !