Guerre contre l'Etat Islamique : l'ancien chef du Pentagone critique Barack Obama et estime qu'elle pourrait durer "30 ans" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Guerre contre l'Etat Islamique : l'ancien chef du Pentagone critique Barack Obama et estime qu'elle pourrait durer "30 ans"
©

Pas d'accord

Guerre contre l'Etat Islamique : l'ancien chef du Pentagone critique Barack Obama et estime qu'elle pourrait durer "30 ans"

Dans un entretien à USA Today paru lundi, Leon Panetta juge que le président américain doit "faire preuve de leadership face aux djihadistes".

Leon Panetta, l'ancien chef du Pentagone, n'est pas tendre avec Barack Obama. Spécialisé dans les questions de sécurité, il donne son avis sur la guerre que livrent actuellement les Etats-Unis à l'Etat Islamique en Irak et en Syrie. Et pour lui, la lutte contre les djihadistes sera difficile et pourrait durer trente ans. Dans une interview publiée ce lundi avant la sortie de son livre intitulé Worthy Fights, il critique les décisions de Barack Obama qui vont impliquer une guerre longue contre l'EI.

"Je pense que nous parlons du genre de guerre qui pourrait durer trente ans" dit-il avant d'ajouter qu'il existe un risque de contagion à la LIbye, à la Somalie, au Yémen ou encore au Nigeria. Pour l'ex-secrétaire américain à la Défense (2011-2013), le président a échoué à pousser le gouvernement irakien à autoriser le maintien d'un contingent de soldats américains dans le pays après le retrait des troupes en 2011. Pour lui, il a eu un vide de sécurité. 

L'ancien patron de la CIA regrette également que le président n'est pas voulu armer les rebelles syriens face au président Bachar el-Assad. "Je crois vraiment que nous serions mieux placés pour savoir s'il existe ou non des éléments modérés au sein des forces rebelles qui luttent contre Assad" lance-t-il avant d'ajouter que Barack Obama a "perdu toute crédibilité quand il a mis en garde Assad contre l'usage d'armes chimiques contre son propre peuple, avant de ne finalement rien faire lorsque le dirigeant syrien a franchi les fameuses lignes rouges posées par l'administration". 

Leon Panetta juge que le président américain doit "faire preuve de leadership face aux djihadistes". Bien trop souvent, le président "se fie à la logique d'un professeur de droit plutôt qu'à la passion d'un dirigeant" conclut-il.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !