Grippe aviaire : le virus H7N9 n'inquiète pas trop l'OMS pour le moment | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le H7N9 ne sème pas la panique.
Le H7N9 ne sème pas la panique.
©REUTERS/China Daily

Contagion

Grippe aviaire : le virus H7N9 n'inquiète pas trop l'OMS pour le moment

Le représentant de l'OMS en Chine assure que "pour le moment, nous n'avons que des cas isolés d'une maladie rare, et cela restera peut-être ainsi".

Pas d'inquiétudes à avoir selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur le virus H7N9. Michael O'Leary, représentant de l'OMS en Chine assure en effet que "pour le moment, nous n'avons que des cas isolés d'une maladie rare, et cela restera peut-être ainsi", ajoutant que "ce n'est pas le moment de surréagir ou de paniquer".  Ainsi, le virus H7N9, qui commence déjà à effrayer la population, ne se transmettrait pas d'un humain à un autre. La Commission nationale de la santé et du planning familial en Chine assure ainsi qu'aucun lien épidémiologique entre les malades de la grippe H7N9 n'a été établi jusqu'à présent affirmant donc dans un communiqué que les cas d'infection humaine au virus de la grippe aviaire H7N9 sont isolés et qu'il n'y a aucun signe de transmission d'homme à homme.

Pour rappel, "seules" 24 personnes jusqu'à présent ont été contaminées par le virus H7N9. Toutes les personnes touchées par le virus l'ont été dans l'est de la Chine. Si sept sont déjà mortes depuis le mois de février, cela n'a pas empêché l'OMS de féliciter le gouvernement chinois des mesures drastiques déjà prises pour endiguer l'épidémie. Parmi ces mesures, on compte notamment l'abattage de dizaines de milliers de volailles mais également le suivi important de centaines de personnes résidant à proximité des individus déjà infectés. Aucune restriction de circulation n'a toutefois été ordonnée et seul un contrôle des voyageurs par des caméras thermiques dans les aéroports est actuellement de mise, une mesure standard pour éviter que le virus ne s'adapte.

Le représentant de l'OMS en Chine Miachel O'Leary assure ainsi que "la Chine fait preuve de sa capacité à surmonter ce problème avec célérité" ajoutant qu'il n'avait pas pour le moment assez d'informations sur le virus H7N9 pour prévoir son évolution.

La Chine a officiellement annoncé l'apparition de l'infection humaine au virus de la grippe aviaire H7N9 fin mars.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !