Grèce : nouvelle réunion de l'Eurogroupe pour tenter d'arracher un compromis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Alexis Tsipras poursuit son bas de fer avec l'Union européenne
Alexis Tsipras poursuit son bas de fer avec l'Union européenne
©Reuters

Dernière ligne droite

Grèce : nouvelle réunion de l'Eurogroupe pour tenter d'arracher un compromis

Si le Premier ministre grec se dit "confiant", les dissensions sont encore nombreuses et le programme d'aide du pays prend fin le 28 février prochain.

C'est une course contre la montre qui débute ce lundi 16 février. Pour la troisième fois, les membres de l'Union européenne et le gouvernement grec vont tenter de trouver un compromis sur la dette abyssale du pays. Les deux premières rencontres se sont soldées sur un échec et la deadline approche, puisque le programme d'aide du pays doit prendre fin le 28 février prochain. Sans accord, la Grèce fera défaut et une sortie de la zone euro serait assez probable.

Mais ce scénario redouté, personne ne le souhaite. Cette nouvelle réunion à Bruxelles s'annonce donc cruciale mais elle ne sera pas forcément suffisante. "Il n'est pas certain qu'il y aura un accord lundi" avait même affirmé le gouvernement grec dimanche 15 février. "Je m'attends à des négociations difficiles", a renchérit le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, interrogé par le magazine allemand Stern, tout en se disant "tout à fait confiant" sur l'issue de la réunion quid débutera à 14h.

Le point d'accroche est majeur. Les Européens veulent poursuivre le plan d'aide pour garder la main sur les réformes du pays tandis que Syriza, élu à la tête du pays, souhaite se débarrasser de la troïka (BCE, FMI, UE). Athènes réclame un accord-relais, associé à des mesures d'assouplissement de la rigueur, très forte dans le pays. "Au lieu d'argent, nous avons besoin de temps pour mettre en œuvre notre plan de réformes" a expliqué Alexis. Tsipras.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !