Grèce : le FMI menace de suspendre son aide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Grèce : le FMI menace de suspendre son aide
©

Economie

Grèce : le FMI menace de suspendre son aide

Une décision ne devrait pas être prise avant l'automne, peut-on lire dans le Financial Times.

Si l'Eurogroupe ne comble pas le trou de 3 à 4 milliards d'euros dans le plan de sauvetage de 172 milliards accordés à la Grèce, selon une information parue dans le Financial Times du vendredi 21 juin, le Fonds monétaire international (FMI) envisage de suspendre son aide à la Grèce d'ici la fin du mois de juillet.

Inquiet, le FMI relève plusieurs facteurs qui expliquent pourquoi le plan de sauvetage n'est pas bouclé. Ainsi, les banques centrales nationales, et notamment la Banque de France, n'auraient pas complètement mis en œuvre le plan de restructuration de la dette grecque comme il était prévu au départ. A cela, il faut ajouter les nationalisations qui prendraient du retard en Grèce. Enfin, le FMI souligne la déstabilisation du pouvoir d'Antonis Samaras après la fermeture brutale de la télévision publique ERT.

Cette situation devrait forcer les ministres des Finances de la zone euro à discuter de "solutions alternatives" afin de financer ces 3 à 4 milliards manquants. Le Financial Times évoque la possibilité d'un nouveau plan de sauvetage d'ici la fin de l'année 2013. Mais il sera difficile de faire fléchir Angela Merkel alors que les élections législatives en Allemagne se déroulent en septembre. La chancelière allemande refuse de demander au Bundestag de voter un plan d'aide supplémentaire.

Une décision ne devrait pas être prise avant l'automne, peut-on lire dans le Financial Times qui s'appuie sur des sources proches du dossier.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !