Grande-Bretagne : David Cameron estime disposer d'un "mandat fort" pour réformer l'UE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
David Cameron reconnaît qu'il s'agit d'une tâche "difficile".
David Cameron reconnaît qu'il s'agit d'une tâche "difficile".
©Reuters

Négociations

Grande-Bretagne : David Cameron estime disposer d'un "mandat fort" pour réformer l'UE

D'ici à la fin de l'année 2017, David Cameron s'est engagé à organiser un référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne au groupe des 28 Etats membres de l'Union européenne.

Fort de sa victoire aux élections législatives de jeudi dernier, le Premier ministre britannique s'est exprimé ce lundi à l'occasion de la réunion des nouveaux élus du parti conservateur, lors de laquelle il a estimé disposer d'un "mandat fort" pour renégocier la nature des liens qui unissent son pays à l'Union européenne. 

Si David Cameron reconnaît qu'il s'agit d'une tâche "difficile", il a été ovationné par le groupe des élus conservateurs, qui détiennent la majorité absolue à la chambre des Communes. 

"Nous avons un mandat, ce sera à l'évidence difficile, mais nous avons un mandat" a déclaré le Premier ministre britannique en vue de la renégociation de la relation qui unit Londres et Bruxelles. D'ici à la fin de l'année 2017, David Cameron s'est engagé à organiser un référendum sur le maintient ou la sortie de la Grande-Bretagne du groupe des 28 Etats membres de l'Union européenne. 

Dans l'optique de ce référendum, David Cameron a annoncé la composition de son nouveau gouvernement, qui comptera exclusivement des fidèles de son camp. Le ministre des Finances George Osborne, et le ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond, seront en première ligne dans les négociations avec l'UE. 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !