Google : l'Europe demande au moteur de recherche de protéger davantage les données personnelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Google : l'Europe demande au moteur de recherche de protéger davantage les données personnelles
©

Sécurité

Google : l'Europe demande au moteur de recherche de protéger davantage les données personnelles

La Commission nationale de l'informatique et des libertés donne quatre mois au géant d'Internet pour modifier ses règles de confidentialité.

 Google vient d'être épinglé par la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés).

S'exprimant pour l'ensemble des autorités européennes de l'informatique et des libertés, l'organisme a émis trois critiques à l'encontre au moteur de recherche. Contrairement à ce qu'affirme le géant de l'informatique, qui assure que ses "nouvelles règles de confidentialité respectent la loi européenne", à l'issue de sept mois d’enquête, la Cnil affirme que ces règles sont insuffisantes.

Cette étude a justement été décidée car Google est passé en force en refusant de retarder, après le 1er mars 2012, l'application de ses nouvelles règles de confidentialité des données personnelles en Europe.

Les utilisateurs des services de Google doivent être informés précisément : quelles données sont collectées, et en vue de quel usage ? La Cnil réclame aussi un traitement spécifique pour les données récupérées sur la position géographique, le numéro de téléphone et les informations biométriques de l'utilisateur, qui auraient été introduites par Google.

Quatre points en particulier sont pointées du doigt :

  • La Cnil demande avant tout que Google prenne un «engagement politique fort» sur «le respect des principes de l'informatique et des libertés», car le groupe ne «s'y est pas engagé», assure s aprésidente Isabelle Falque-Pierrotin.
  • La présidente de la Cnil critique également un «déficit d'informations aux utilisateurs des services»,
  • des «combinaisons excessives et sans précédent des données personnelles» et enfin
  • un «engagement précis sur la durée de conservation des données».

 

Google à quatre mois pour se plier aux demande de la Cnil. «Nous donnons de trois à quatre mois à Google, à partir du 16 octobre, pour adopter nos recommandations. Sinon, la période contentieuse pourrait s'ouvrir dans chaque pays européen», promet Isabelle Falque-Pierrotin.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !