Gérard Collomb : "Ceux qui sont déboutés du droit d'asile doivent être expulsés" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Gérard Collomb : "Ceux qui sont déboutés du droit d'asile doivent être expulsés"
©

Les réactions de la matinée

Gérard Collomb : "Ceux qui sont déboutés du droit d'asile doivent être expulsés"

Et aussi : Franck Riester, Luc Carvounas, Jacques Toubon…

Gérard Collomb (RTL) : "Il y a 95.000 demandes d'asile par an, c'est-à-dire une grande ville chaque année. Si nous accueillions tout le monde, nous ne pourrions pas le faire dans de bonnes conditions (…) Ceux qui sont déboutés du droit d'asile doivent être expulsés. C'est plus 14% d'éloignement par rapport aux onze premiers mois de l'année. Donc lorsqu'on veut, on peut avoir des résultats"

Franck Riester (Sud radio) : "Il faut arrêter avec ce mal français de créer une taxe à chaque fois qu'on veut faire quelque chose" a réagi le député d'Agir, à propos de l'éventuelle mise ne place d'une nouvelle vignette pour l'entretien des routes. "Les Français sont des vaches à lait. Il y en a assez des augmentations systématiques des impôts dans notre pays (…) On peut avoir des résultats bien meilleurs en termes d'organisations des routes et d'organisation des dépenses publiques."

Luc Carvounas (Public Sénat) : "Je vais gagner" l'élection à la présidence du PS car "j'emmène une dynamique. Quand je me lance dans une compétition, ce n'est pas pour faire semblant. Il y a urgence."

Jacques Toubon (France Inter) : "En janvier prochain, nous allons envoyer une nouvelle mission d’inspection à Calais pour voir comment les choses se passent (…)"Les personnes qui n'ont pas de titre [de séjour] pourraient être enfermée dans des centres de détention : c'est un changement complet de notre politique."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !