Gaza : le plan égyptien est une "réelle chance" de mettre fin au conflit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gaza : le plan égyptien est une "réelle chance" de mettre fin au conflit
©

Nouvelles négociations

Gaza : le plan égyptien est une "réelle chance" de mettre fin au conflit

C'est ce qu'a estimé ce samedi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avant des discussions, au Caire, avec une délégation palestinienne.

La guerre s'enlise. Après 26 jours d'intenses, le conflit israélo-palestinien perdure. Malgré les appels à la paix de la communauté internationale, malgré les diverses annonces de cessez-le-feu, les combats continuent dans la bande de Gaza. Toutefois, ce samedi, des négociations vont avoir lieu, au Caire, entre l'Egypte et une délégation palestinienne composée de représentants de l’OLP mais aussi de membres en exil du Hamas. Objectif avoué : établir une trêve durable. Si cela s'annonce compliqué du fait de l'absence de représentants israéliens (les négociateurs ayant refusé de venir), le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi se veut tout de même confiant. En marge des discussions, il a estimé que "l’initiative égyptienne est une réelle chance pour mettre fin à la crise et au bain de sang à Gaza",

Pour rappel, l’initiative égyptienne, présentée quelques jours après le début de l’offensive israélienne, prévoyait un cessez-le-feu puis des négociations indirectes. Elle a été acceptée par Israël, mais rejetée par le Hamas qui exigeait au préalable la levée du blocus en place depuis 2006, l’ouverture de la frontière avec l’Egypte et la libération par Israël de prisonniers.

Alors que l'Egypte sert traditionnellement  de médiateur entre Israël et les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza depuis 2007, Abdel Fattah al-Sissi, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre italien Matteo Renzi, a ajouté que "le temps pressait". En effet, des dizaines de personnes ont à nouveau été tuées samedi dans la bande de Gaza, vingt-quatre heures après un illusoire cessez-le-feu. Le conflit s'intensifie d'autant plus que selon l'armée israélienne, l'un de ses soldats, Hadar Goldin a probablement été capturé par l'ennemi vendredi matin près de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Pour Israël, il s'agirait alors d'un casus belli par excellence.

Mais la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a assuré ne pas disposer  "d'information sur ce soldat". "Nous avons perdu contact avec un de nos groupes de combattants, qui se battaient dans le secteur où a disparu le soldat et il est possible que nos combattants ainsi que ce soldat ont été tués" ont-ils fait savoir. Dès lors, les chances d'une trêve semblent plus éloignées que jamais dans un conflit qui a fait plus de 1 600 morts palestiniens depuis le 8 juillet.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !