Gaza : échec de la trêve humanitaire, Israël dit répondre au Hamas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les frappes israéliennes redoublent ce dimanche sur la bande de Gaza
Les frappes israéliennes redoublent ce dimanche sur la bande de Gaza
©Reuters

Les frappes s'intensifient

Gaza : échec de la trêve humanitaire, Israël dit répondre au Hamas

Israël avait pourtant annoncé observer de 10h30 à 12h30 GMT (12h30 à 14h30, heure française) une trêve humanitaire à Chajaya.

La situation est toujours plus chaotique dans la bande de Gaza. Ainsi, l’armée israélienne a affirmé riposter à des tirs du Hamas à Chajaya, une banlieue de Gaza , alors qu'une trêve humanitaire était censée tenir jusqu’à 14h30. "Une fois de plus, le Hamas rompt un cessez-le-feu. Celui-ci était négocié par le CICR (Comité international de la Croix Rouge, ndlr) pour une pause humanitaire. Tsahal (l’armée) réplique en conséquence", a annoncé le porte-parole de l’armée israélienne, Peter Nerner, sur Twitter.

Israël avait annoncé observer de 10h30 à 12h30 GMT (12h30 à 14h30, heure française) une trêve humanitaire à Chajaya. Alors que les ambulances peinent à atteindre Charaya en raison de l’intensité du pilonnage, le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, s’était peu avant dit favorable à une trêve humanitaire de trois heures, précisant qu’elle avait été suggérée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). 

Il faut dire que sur place le bilan ne cesse de s'alourdir à Gaza.  Car auparavant, Israël avait annoncé dimanche le renforcement de son offensive terrestre. En conséquence, selon des journalistes sur place, des milliers de Palestiniens fuyaient dans la matinée un quartier à l'est de la ville de Gaza, après de violents bombardements israéliens faisant au moins 40 morts. Malgré les efforts diplomatiques de la communauté internationale Tsahal (l'armée israélienne, ndlr) poursuit son objectif de neutralisation des tirs de roquettes et des tunnels du Hamas dans l'enclave palestinienne. 

"La phase terrestre de l'opération Bordure protectrice s'étend avec des forces supplémentaires pour combattre le terrorisme dans la bande de Gaza et établir une réalité qui garantit aux Israéliens de vivre en sécurité", avait prévenu l'armée israélienne dans la nuit. Ainsi, l'assaut a été particulièrement violent à Chajaya (quartier de l'est de la ville de Gaza), que des milliers de résidents fuyaient.  Selon Le Parsien, des journalistes de l'AFP ont vu de nombreux morts et blessés étendus dans les rues, et le porte-parole des services d'urgences palestiniens, Achra al-Qoudra, a indiqué qu'au moins 20 cadavres avaient été retirés des décombres.

A l'heure actuelle, ce conflit à Gaza, le plus sanglant depuis 2009, a fait plus de 370 morts côté palestinien en 13 jours, selon les secours. Selon le porte-parole de l'armée israélienne, 70 "terroristes" ont été tués depuis jeudi et 13 Palestiniens ont été arrêtés. Par ailleurs, près de 60 roquettes ont frappé Israël samedi, soit 1 333 impacts depuis le début de l'offensive israélienne destinée à faire cesser ces tirs depuis Gaza.  De plus, les troupes israéliennes ont aussi dit avoir mis au jour 13 tunnels et 34 points d'accès. La destruction de ces souterrains est la priorité des militaires, car ils peuvent servir à mener des attaques sur les civils. Côté israélien, on dénombre 7 morts : cinq soldats et deux civils. 

A noter que l'ONU à Gaza a indiqué accueillir près de 62 000 personnes déplacées, un nombre "supérieur a celui du conflit de 2008-2009" qui avait fait 1 400 morts palestiniens.

 

 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !