Gaz de schiste : un rapport parlementaire favorable à l'exploitation relance le débat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gaz de schiste : un rapport parlementaire favorable à l'exploitation relance le débat
©Reuters

Polémique

Gaz de schiste : un rapport parlementaire favorable à l'exploitation relance le débat

Le rapport d'étape, présenté jeudi, avance que la fracturation hydraulique aurait déjà été utilisée en France "à au moins 45 reprises" entre les années 1980 et l'interdiction de 2011.

La polémique sur le gaz de schiste est loin, très loin même, d'être refermée. En effet, ce jeudi, des parlementaires ont publié un rapport favorable à une exploration et une exploitation "maîtrisées" de cette ressource énergétique qui divise. De quoi relancer le débat. Le député PS Christian Bataille et le sénateur UMP Jean-Claude Lenoir sont les co-rapporteurs de ce texte. Ils indiquent que la "fracturation hydraulique reste la technique la plus efficace et la mieux maîtrisée pour extraire les hydrocarbures non conventionnels, et (...) des solutions existent pour le faire avec un impact acceptable sur l'environnement, à condition de respecter quelques règles".

Ils avaient été chargés en début d'année d'étudier les "techniques alternatives" à la fracturation hydraulique par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), organisme qui rassemble des élus de tous bords. Leur rapport d'étape, présenté jeudi, avance que la fracturation hydraulique aurait déjà été utilisée en France "à au moins 45 reprises" entre les années 1980 et l'interdiction de 2011, "sans qu'aucun dommage n'ait été signalé". Ils estiment également que "la France possède toutes les compétences scientifiques, techniques et industrielles, à tous les niveaux de la filière, pour créer une filière de fracturation propre".

Partant de ce diagnostic, les deux élus ont émis des recommandations visant à évaluer les ressources françaises en gaz et en pétrole de schiste, via d'éventuels forages expérimentaux faisant appel à la fracturation hydraulique, ou qui pourraient également servir à tester des techniques alternatives.Parmi leurs autres pistes, ils proposent d'utiliser les retombées éventuelles de ces hydrocarbures non conventionnels pour financer la transition énergétique prônée par le gouvernement, et d'incitations localement à exploiter ces ressources en partageant ces retombées avec les collectivités et les propriétaires des terrains concernés.

Toutes ces propositions jurent avec la position de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho, opposée à toute exploitation de cette forme d'énergie fossile. Par ailleurs, ce rapport parlementaire a déclenché avant même sa publication un tir nourri de critiques d'opposants à l'extraction du gaz de schiste, quelles que que soient les techniques utilisées. Des collectifs régionaux d'ONG ont dénoncé une approche "qui vise à réduire le débat public à la dimension strictement technique" des hydrocarbures non conventionnels, alors que "leur exploitation accélère dramatiquement le réchauffement climatique".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !