Gabon : les Français disparus sont "parmi tous ceux qui ont cassé et pillé" affirme Ali Bongo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gabon : les Français disparus sont "parmi tous ceux qui ont cassé et pillé" affirme Ali Bongo
©Reuters

Accusations

Gabon : les Français disparus sont "parmi tous ceux qui ont cassé et pillé" affirme Ali Bongo

Le président contesté du Gabon fait le tour des médias français pour assurer de sa légitimité.

Attention, vaste opération de communication franco-gabonaise ! Quelques jours après le scrutin contesté, l'homme fort du Gabon Ali Bongo fait le tour des médias français (RFI, RTL, Europe 1…) ce mercredi. D'abord pour réaffirmer sa victoire contre son opposant Jean Ping : "Moi je n'ai pas mis en place un système avec des cyber-criminels pour venir frauder" a lancé Ali Bongo. "Nous pensons qu'il y a eu des fraudes électorales dans son fief et dans d'autres régions de son territoire. Nous sommes devant un complot qui visait à truquer une élection et prendre le pouvoir par ce biais." Pour rappel, Jean Ping accuse l'actuel chef d'Etat des mêmes faits, soulignant que la province natale d'Ali Bongo, le Haut-Ogooué, a obtenu un taux de participation de 99,98 % contre moins de 60 % sur l'ensemble du pays…

Sur RTL, Ali Bongo s'est aussi exprimé sur les Français, et notamment la quinzaine de ressortissants disparus, selon Manuel Valls. "Le ministère des Affaires étrangères m'a indiqué que l'ambassade de France lui a communiqué une liste de six noms. Ils sont en cours d'identification. Ils sont parmi tous ceux qui ont cassé et pillé. Ils ont donc été arrêtés dans ce cadre là", a précisé Ali Bongo, qui a souligne que la binationalité "ne saurait être un motif pour violer les lois."

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !