Fusillade à Ottawa : le tireur mort identifié, le Premier ministre qualifie l'attaque d'acte "terroriste" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Fusillade à Ottawa : le tireur mort identifié, le Premier ministre qualifie l'attaque d'acte "terroriste"
©

Journée de l'horreur

Fusillade à Ottawa : le tireur mort identifié, le Premier ministre qualifie l'attaque d'acte "terroriste"

A Ottawa, un tireur a tué un soldat et a terrorisé le Parlement, mercredi 22 octobre, avant d’être abattu par la police. Récemment converti à l'islam, Michael Zehaf-Bibeau était déjà surveillé de près par les services de sécurité.

Le Canada vient de vivre une journée de l’horreur. Mercredi 22 octobre, un tireur a tué un soldat et a terrorisé le Parlement, à Ottawa, avant d’être abattu par la police. Plusieurs heures durant, les autorités ont craint la présence d’autres "terroristes" dans le bâtiment avant de finalement lever l’alerte en début de soirée, heure locale. Le tireur, quant à lui, a été identifié : son nom est Michael Zehaf-Bibeau. Ce Canadien de 32 ans, né d’un père libyen et d’une mère canadienne, s’est récemment converti à l’islam et était déjà surveillé de près par les services de sécurité qui lui avaient récemment confisqué son passeport. 

Mercredi 22 octobre, dans la matinée, heure locale, des coups de feu ont retenti à Ottawa, la capitale canadienne. Un tireur s'est dirigé vers le monument aux morts et a tiré sur les deux soldats de garde. L’un des militaires a été grièvement blessé et est décédé de ses blessures quelques heures plus tard, à l’hôpital. Puis, un deuxième coup de feu a eu lieu dans les couloirs du Parlement. Les policiers ont alors poursuivi le tireur qui s’est réfugié dans les couloirs du Parlement, à une centaine de mètres du monument aux morts. Commence alors un échange nourri de tir pendant lequel les députés sont enfermés d’urgence par les services de sécurité dans les salles de travail. Au bout du compte, le chef de la sécurité finit par abattre le tireur.

Mercredi soir, le bilan humain s’élevait donc à deux morts. Un des membres du service de sécurité du Parlement a été blessé ainsi que deux autres personnes. Quant au Premier ministre, Stephen Harper, qui était en réunion avec le parti des travailleurs dans le bâtiment quand la fusillade a éclaté, il a été évacué sain et sauf.

Cette attaque survient alors que les autorités avaient déjà élevé le niveau d’alerte de "faible"à "moyen" mardi 21 octobre. Car dimanche, dans la banlieue de Montréal, Martin Rouleau-Couture, un sympathisant de l’Etat islamique, avait fauché deux militaires en voitures, tuant l’un d’eux. Dans une allocution télévisée, le Premier ministre Stephen Harper a affirmé que "le Canada ne sera jamais intimidé" par les "organisations terroristes", contre qui les services de sécurité vont "redoubler" d'efforts. Enfin, il a rappelé que "les événements de cette semaine rappellent tristement que le Canada n'est pas à l'abri de ce genre d'attaques terroristes que nous avons vues ailleurs dans le monde".

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !