Fukushima : nouvel incident sur le site de la centrale nucléaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les pépins sont quotidiens à la centrale de Fukushima.
Les pépins sont quotidiens à la centrale de Fukushima.
©Reuters

Alerte

Fukushima : nouvel incident sur le site de la centrale nucléaire

Le système de refroidissement d'un réacteur non endommagé de la centrale japonaise s'est temporairement arrêté jeudi.

Les problèmes sont quasiment quotidiens à la centrale japonaise de Fukushima, accidentée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011. Jeudi, le système de refroidissement d'un réacteur non endommagé s'est arrêté un peu moins de deux heures. Le dispositif de refroidissement du réacteur numéro 6, un peu à l'écart des quatre détruits par le tsunami, s'est stoppé lors d'un test de groupe électrogène de secours, a fait savoir Tepco, l'opérateur du complexe atomique.

Quelque 3 000 techniciens et ouvriers travaillent d'arrache-pied sur le site pour préparer son démantèlement. Mais ils sont en permanence confrontés à la survenue de nombreuses avaries dans des lieux inaccessibles à cause de la radioactivité, explique l'AFP.

Outre des fuites d'eau hautement contaminée qui polluent l'océan Pacifique voisin, une vapeur inexpliquée s'échappe de façon intermittente depuis une semaine du dessus du bâtiment éventré du réacteur 3 - un des trois de la centrale (sur six) dans lesquels le combustible nucléaire a fondu après le séisme et le tsunami. La compagnie affirme qu'il n'y a pas de surchauffe dans le réacteur qui expliquerait cette vapeur dont l'origine reste inconnue.

Un rapport officiel vient par ailleurs de réviser à la hausse la facture de la catastrophe, rappelle Le Figaro. Le coût du nettoyage de la zone contaminée par les retombées radioactives sera cinq fois plus élevé que ce que le gouvernement avait prévu. Il pourrait s'élever à 5 800 milliards de yens, soit 44 milliards d'euros.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !